Parcours Pédagogique Multimédia

Ana me invitó al cine


Auteur du ppm : Virginie Zannin, Collège Pierre Alviset, 75005 Paris
Durée : 1 min.  
Année :
2002
Classe : 3ème
Référence :  Ana de Patricia Cardoso
Mots clés : adolescencia / emancipación / cita amorosa / complicidad / desobedecer

 

I. Résumé de la séquence

Ana, une jeune mexicaine qui vit à Los Angeles, est tiraillée entre son désir de s'émanciper et l'éducation rigide qu'elle reçoit de ses parents. Pour eux, il est hors de question qu'elle sorte seule avec un garçon et encore moins s'il s'agit de son premier rendez-vous amoureux ! Pourtant, en ce début d'été, Ana a envie de passer une soirée avec Jimmy. La jeune fille et son grand-père, le complice et ami de tous les instants, imaginent donc un subterfuge pour que la rencontre ait lieu. Prétextant une sortie au cinéma, ils quittent à la nuit tombée la maison familiale puis se séparent quelques instants plus tard. Ana peut alors rejoindre Jimmy qui l'attend à la terrasse d'un bar.  

La séquence commence à 42 min. 28s. après le début du film, chapitre 9.

Intérêt de la séquence
Cette séquence réserve une surprise et fait sourire. Le spectateur, qui devient complice des deux personnages, ne condamne pas la désobéissance d'Ana.
Elle induit des activités d'expression orale, principalement de description.
Il y est question des problèmes et mutations liés à l'adolescence : le désir d'émancipation, la transgression de l'autorité, les premiers émois amoureux...
Elle permet une approche d'un phénomène migratoire incontournable, celui des chicanos.  

Intérêt technique

Première partie
L'accent est mis dans cette séquence sur la complicité entre le grand-père et sa petite-fille. La question du point de vue est fondamentale. Le spectateur suit d'abord de loin l'action du grand-père, le point de vue est extérieur et neutre. Lorsqu'Ana sort de sa chambre, elle regarde plusieurs fois son grand-père. Ce jeu des regards annonce le plan suivant. Le travelling avant sur le père introduit, en effet, un changement de point de vue qui devient subjectif. Ce point de vue, celui d'Ana et du grand-père, unit les deux complices dans le hors champ. Il en va de même pour le dernier plan du père qui est en fait un plan subjectif mental. Il est la projection mentale des deux complices qui ont déjà laissé derrière eux celui qu'ils viennent de duper.
La première partie est davantage marquée par le silence que par les dialogues, ces derniers étant brefs et rapides. Il faut ajouter à cela que celui qui déclenche la parole, c'est le père. La communication entre Ana et son grand-père se fait par le biais du regard et non par celui du langage car tous deux doivent garder un silence qui les unit dans le secret.
 

Deuxième partie
Place à la musique et aux rumeurs de la ville ! La caméra suit de loin les personnages et les laisse partager encore un instant leur secret. Après leur séparation, le champ est laissé libre à Ana. Happée par son rendez-vous, la jeune fille avance à grands pas vers une caméra en travelling arrière qui l'aspire. Mais en accélérant, c'est bientôt elle qui aspirera cette caméra et la laissera derrière. L'arrivée à la terrasse du café se fera donc en travelling avant. Ce sera la fin de l'impulsion et de la précipitation, le début de l'intimité et de la sérénité, impressions qui seront données par le mouvement aérien de la caméra, par le décor aux couleurs apaisantes et par la douce chanson de Manu Chao.

Point de vue adopté par le cinéaste
Ana transgresse la loi du père, franchit la limite de l'interdit et ouvre des portes qui la conduiront vers son premier rendez-vous amoureux. En laissant derrière elle la maison et le père pour aller vers l'espace ouvert de l'amour et de la sexualité, la jeune fille passe du statut d'adolescente à celui de femme. Ce passage, qui n'est pas rupture puisqu'il a lieu dans un endroit qui rappelle la culture d'origine, Ana le fait aidée par son grand-père mais avec l'assentiment de la réalisatrice qui a pris le parti de la jeune fille et a su rendre le spectateur complice du subterfuge.

II. Découpage

1. Ana me invitó al cine (plans 1 à 5)

Cette première partie devra être coupée lorsque les deux personnages arriveront à la hauteur du pilier et avant que le grand-père ne prononce la phrase "Nos vemos en dos horas"


Miguel apparaît dans le couloir de la maison familiale, frappe à la porte de la chambre de sa petite-fille et lui demande si elle est prête. Ana apparaît à son tour et se dirige avec son grand-père vers la porte de sortie de la maison. Les deux personnages sont alors interceptés par le père d'Ana qui désire savoir où ils se rendent. Pour justifier leur sortie tardive, Miguel répond à son fils qu'ils vont au cinéma. Les deux complices se retrouvent dans la rue.    

2. Nos vemos en dos horas (plans 5 à 7)

Une surprise est alors réservée au spectateur : très vite, le grand-père et sa petite-fille se séparent et s'en vont dans des directions opposées. Miguel disparaît du champ laissant la place à Ana qui, décidée et satisfaite, avance vers une destination inconnue. Un décor pittoresque à l'esthétique fortement mexicaine apparaît alors en contre-plongée et le spectateur comprend peu à peu qu'il s'agit de la terrasse d'un café. Un garçon est assis à une table : Ana a rendez-vous avec lui.  

III. Suggestions d'exploitation pédagogique

Rappel : il ne saurait y avoir une démarche unique. Nous ne faisons que proposer quelques pistes d'exploitation possibles.

1. Activités proposées

La première partie de la séquence pourrait être visionnée trois fois avec, à chaque fois, une consigne différente. 

La première consigne amènerait les élèves à présenter les personnages et à décrire la scène. Lors de cette première approche, le vocabulaire lié à la famille et des verbes de mouvement ( dirigirse hacia, detenerse frente a, salir de, ir a, caminar por, ir andando por ... ) seraient réactivés.  

La deuxième consigne encouragerait les élèves à repérer tous les éléments permettant de caractériser cette famille.  

(Los rasgos físicos de los personajes dejan suponer que son latinoamericanos. El crucifijo colgado de la puerta y las numerosas estampas religiosas indican que es una familia católica. En esta casa conviven de manera bastante tradicional tres generaciones. Hay fotos de familia por todas partes lo que permite afirmar que es una familia unida...)  

La troisième consigne   permettrait aux élèves de fixer leur attention sur les dialogues en vue de leur restitution au discours indirect.
 
On visionnerait ensuite la deuxième partie de la séquence.
Après avoir écouté les réactions des élèves, on pourrait envisager une activité d'expression orale en interactivité. Les élèves auraient, par exemple, à expliquer en quoi cette scène est amusante, pourquoi un tel subterfuge a été imaginé et pourquoi le grand-père est complice.
 
On pourrait alors visionner à nouveau la première partie de la séquence en invitant les élèves à repérer les éléments qui laissaient supposer que Ana et son grand-père étaient de connivence.
 
Un deuxième visionnement de la deuxième partie précédé d'une consigne permettrait de déterminer dans quel pays précisément se déroule la scène. Lors de cette dernière approche, des éléments culturels seraient introduits.

(El cartel Grand opening, los coches aparcados en la calle y el hecho de que Ana y el chico hablen en inglés indican que la escena no tiene lugar en México sino en Estados Unidos. La música y el bar muestran que Ana y su familia viven en el barrio chicano de una ciudad americana.   En el bar, hay una estatua de la Virgen de Guadalupe, "el símbolo de la unidad nacional mexicana". En medio de la terraza, al lado de los cactus, vemos un águila azteca que recuerda la fundación de Tenochtitlán, la capital del imperio azteca. El águila azteca aparece también en el escudo nacional de México.)   

2. Suggestions pour un travail linguistique

- Le lexique lié à la maison : el pasillo, la habitación, el salón, la cómoda, el mueble, la mesita, el sillón, la chimenea, la lámpara encendida, llamar a la puerta, apagar la luz, el cuadro colgado de la pared, el cartel en la puerta, las fotos enmarcadas...  
- Le vocabulaire lié au subterfuge : un subterfugio, un plan, engañar, mentir, pretextar, caer en la trampa, ser cómplice, servir de coartada, encubrir, ocultar...
- Le vocabulaire lié à la religion : una estampa, la Virgen, el Sagrado Corazón,   ser católico, creer en, practicar, la devoción, el fervor religioso ...
- Les verbes exprimant des actions et leur préposition : salir a la calle, ir andando por la acera, detenerse en, caminar de prisa hacia, llegar a, entrar en   
- Travail sur l'impératif et sur la formulation des souhaits à partir du script.

3. Un projet pédagogique

Intégrée dans un travail sur le Mexique, l'étude de cette séquence (et de cette famille mexicaine) répondrait aux orientations culturelles du programme des collèges.

On pourrait également choisir de l'intégrer dans un travail sur l'adolescence et les relations familiales. La séquence filmique serait alors suivie ou précédée d'un ou de deux documents s'inscrivant dans un rapport de redondance ou de complémentarité avec le thème.

4. Fixation des connaissances

En vue d'une évaluation, les mots et les phrases suivantes seraient notés dans le cahier :

engañar a alguien

ocultar la verdad

desobedecer

caer en la trampa

ser cómplice de

servir de coartada

imaginar un subterfugio

acudir a una cita amorosa

Ana engaña a su padre y en vez de ir al cine, acude a una cita amorosa.

El padre cae en la trampa porque Ana tiene un cómplice, su abuelo, que le sirve de coartada . No sale con él sino con un chico de su edad.      

5. Evaluation

Évaluation orale

À la fin de première heure consacrée à l'étude de la séquence, il serait envisageable de demander aux élèves de préparer la reprise du cours suivant. Pour cela, on visionnerait une dernière fois la séquence en invitant au préalable les élèves à repérer tous les éléments qui s'opposent dans la première et la deuxième partie (lieux, personnages, attitude d'Ana, ambiance...). Selon la classe, ce travail pourrait donner lieu à une étude des éléments qui évoquent symboliquement dans cette séquence le passage de l'adolescence à l'âge adulte.

Évaluation écrite

Esta secuencia se titula « Ana me invitó al cine ».

¿ Te parece un buen título ? Justifica tu respuesta.   

IV. Activités complémentaires et annexes

Exercice sur l'impératif

Au moment de la séparation, le grand-père donne deux conseils à sa petite-fille, l'un à l'impératif affirmatif, l'autre à l'impératif négatif. Imagine et rédige ces conseils.

Exercice sur l'expression du souhait

¡ Que se diviertan !   Sur ce modèle, imagine un autre souhait que Raúl aurait pu formuler à l'intention de sa fille et de son père.

Expression personnelle

- El abuelo le sirve de coartada a su nieta. A tu parecer, ¿Qué le dijo Ana para convencerlo de que lo hiciera ?  

- Para ti, ¿ Es grave lo que hizo Ana ?

V. Transcription des dialogues de la bande son

Rappel : cette transcription vous est proposée comme une aide a la préparation du cours et non pas comme un texte à faire étudier aux élèves

Ana me invitó al cine

ABUELO :   Ana, ¿ estás lista para irnos ?

ANA : Ya voy, abuelito.     ABUELO - Vámonos.     

RAUL : Ustedes dos, ¿ adónde van ?

ABUELO : Ana me invitó a ver una película esta noche.

RAUL : Se me hace muy buena idea.

ANA : Bye, bye.   

ABUELO : No nos esperen.

RAUL : ¡ Que se diviertan, eh !                        

ABUELO : Gracias, buenas noches.

ABUELO : Nos vemos en dos horas.

ANA : Pórtase bien.                                      

ABUELO : Tú también.

ANA : ¡ Hi !

JIMMY : ¡ Hi !

JIMMY : It's a great place.

 
     
     
 
© CRDP de l'académie de Paris
Mars 2006 - Tous droits réservés