Parcours Pédagogique Multimédia

Despidiéndose de la familia


Auteur du PPM : Florence Henry, Lycée Raspail, 75014 Paris
Durée : 3 min.                                                      
Année
: 2004
Classe 
: 2nde
Référence 
: Carnets de voyage de Walter Salles
Mots clés 
: despedida / familia / moto / viaje

 

I . Résumé de la séquence

La séquence commence au début du film, entre 3min. 50s. et 6min 50s.                                       
Buenos Aires, 1952. Le jeune Ernesto Guevara, âgé de 23 ans, part à la découverte du continent latino-américain avec son ami Alberto Granado, âgé de 29 ans et propriétaire d'une vieille moto baptisée : la Poderosa. Derniers adieux à la famille avant le grand départ.

Intérêt de la séquence
Il s'agit d'un film récent et à succès. On y voit des relations parents/enfants affectueuses et épanouissantes et la séquence montre la première grande séparation d'avec la famille pour entreprendre un grand voyage et partir à l'aventure. C'est un thème qui devrait intéresser des élèves adolescents.
Le Che est un personnage mythique dont nos élèves connaissent l'image reproduite à l'envie sur les affiches et les vêtements.

Intérêt technique

L'effusion des adieux est bien rendue par une caméra très mobile qui tourne autour des personnages et filme au plus près leurs embrassades. Au contraire, dès qu'ils sont « sur la route », ils sont filmés de loin (en plan général) et par de longs travellings qui évoquent bien le voyage qui les attend. Le travail sur la bande son est aussi intéressant : lors des adieux, les bruits de la ville se mêlent aux dialogues qui s'entrecroisent alors qu'une fois partis, on entend la « voix intérieure » d'Ernesto se détachant distinctement sur de la musique andine.

Point de vue adopté par le cinéaste
Les adieux à la famille sont l'occasion d'affirmer l'amour filial. En partant, le fils réalise le rêve du père (la verdad que yo siempre soñé con hacer algo así y te confieso que si tuviese unos años menos, me iría con vos ya mismo en esa moto.). Lors de son voyage, le jeune Ernesto racontera ce qu'il ressent en écrivant des lettres à sa mère (Las cartas más lindas que no hayas leído, vieja. »). On sent, lors de ces adieux affectueux, que la séparation, paradoxalement, renforce le lien entre Ernesto et ses parents.


II. Découpage

1. les adieux d'Ernesto à sa famille

Pendant qu'Alberto règle les derniers détails sur la moto, Ernesto fait ses adieux à son père, à sa mère puis à ses frères et sœurs. Gros plans à l'occasion des dialogues en aparté (père/fils et mère/fils) et de leurs embrassades.

2. Le discours d'Alberto et l'avertissement de la mère d'Ernesto

Alors que les deux amis ont pris place sur la moto, Alberto, au guidon, commence un grand discours d'adieux : Bueno, así como Don Quijote tenía a Rocinante... . Pendant ce temps Ernesto attache le bonnet de cuir qui lui fait office de casque. Le père d'Ernesto s'inquiète du fait que la moto mea aceite et la mère d'Ernesto met en garde Alberto : Granado, yo te voy a hacer responsable a vos. Le llega a pasar algo a Ernesto y yo te busco y te encuentro, ¿ eh ?

3. Le départ échevelé

Alberto part sur les « chapeaux de roue » et manque de se faire écraser par un autobus. La moto crache beaucoup de fumée. Les deux personnages roulent sur un trottoir bondé au milieu des passants puis dans une rue de Buenos Aires où l'on entend le moteur avoir des ratés.

4. "Sur la route"

La moto roule sur une route droite et déserte de la pampa argentine. On entend la « voix intérieure » d'Ernesto écrivant une lettre à sa mère sur de la musique andine.

III. Suggestions d'exploitation pédagogique


Rappel : il ne saurait y avoir une démarche unique. Nous ne faisons que proposer quelques pistes d'exploitation possibles.

1. Activités proposées

Dans un premier temps, passer les trois premières parties de la séquence (jusqu'au moment où Ernesto et Alberto quittent Buenos Aires) et laisser les élèves dire de quoi il s'agit. Ils comprendront qu'il s'agit d'une despedida, que les deux amis partent en voyage et que leur moto n'est pas très sûre...

Visionner une nouvelle fois la première partie de la séquence en demandant aux élèves d'observer attentivement les relations d'Ernesto avec sa famille :
Ernesto se despide alegremente.
Parece que se lleva bien con sus padres.
Se abrazan cariñosamente.
Se besan efusivamente.
Su madre lo acaricia tiernamente.
Su padre le habla seriamente.
Parece que se quieren mucho.

Visionner une nouvelle fois les deux premières parties en demandant aux élèves de relever l'inquiétude qui perce quand même au milieu de cette joyeuse despedida :
El padre parece preocupado porque la moto « mea aceite ». Aunque Alberto le dice que está bien cuidada, bien se ve que el padre no está muy tranquilo.
El padre teme que pasen momentos difíciles y le da una pistola a su hijo.
La madre teme que su hijo esté enfermo. Le pide que se tome los remedios, que se ponga el pañuelo y que se cuide.
Pide a Alberto que se haga responsable de Ernesto.
Le amenaza con encontrarlo si le pasa algo a su hijo.

Visionner la troisième partie de la séquence en faisant remarquer aux élèves que l'inquiétude des parents était fondée...
Por poco los atropella un autobús.
Alberto conduce muy imprudentemente.
Va por la acera en medio de los transeúntes.
La moto tiene fallos, parece que el motor va a explotar.

Visionner la quatrième partie de la séquence en demandant aux élèves, pour conclure, de récapituler ce que les deux amis laissent derrière eux ( se quedó atrás ) et ce qui les attend (quizás + subj.) :
Se quedó atrás la familia.
Se quedaron atrás los estudios.
Se quedó atrás la ciudad.
De ahora en adelante irán solos...
Quizás tengan problemas con la moto.
Quizás pasen momentos difíciles.
Pero quizás descubran cosas interesantes.
Quizás sea un viaje iniciático.
Quizás vuelvan transformados.
                         
2. Suggestions pour un travail linguistique

- Emploi des prépositions , régime de certains verbes :
IRSE DE VIAJE / IR POR UNA CARRETERA / IR EN MOTO / DESPEDIRSE DE / PREOCUPARSE POR / AMENAZAR CON / SOÑAR CON
- Construction des adverbes
- Emploi du subjonctif après TEMER QUE, PEDIR QUE et QUIZÁS

3. Un projet pédagogique

Cette séquence peut s'inscrire dans un projet visant à réviser le lexique de la famille et des relations parents / enfants ainsi que celui du départ en voyage (partir, faire ses adieux, etc.).
Sur le plan culturel, elle nous offre un aperçu de la capitale argentine (déjà bouillonnante d'activités dans les années 50) qui contraste singulièrement avec la Pampa où semblent régner les seuls « gauchos ».

4. Fixation des connaissances

Antes de irse de viaje, Ernesto se despide cariñosamente de su familia. Su padre teme que pase momentos difíciles y le pide que se cuide. Cuando arrancan, por poco se matan. Alberto conduce muy imprudentemente. Quizás encuentren dificultades, pero seguro que volverán transformados de semejante viaje.

5. Evaluation

Imagina la primera carta que Ernesto le escribe a su madre. Empieza por  : « Querida vieja... »
¿ A ti te gustaría emprender un viaje así ?

IV. Activités complémentaires et annexes



1) Choisir la bonne préposition : A / CON / DE / EN / POR


Los amigos se van ............ viaje ............ moto.
Será un viaje ............ toda América Latina.
Ernesto se despide ............ toda su familia.
Se lleva bien ............ sus padres.
Su padre soñó ............ hacer el mismo viaje.
Su madre se preocupa ............él.
Amenaza ............ Alberto ............ buscarlo y encontrarlo si le pasa algo a su hijo.
Van ............ una carretera de la Pampa.

2. À partir du nom, trouver l'adjectif puis l'adverbe correspondant

Exemple : EL CARIÑO / CARIÑOSO / CARIÑOSAMENTE
LA ALEGRÍA
EL PELIGRO
UN MILAGRO
LA TERNURA
LA EFUSIÓN
LA REALIDAD
LA VERDAD
LA PRUDENCIA
LA SERIEDAD
LA TRANQUILIDAD

3. Conjuguer les verbes en gras dans les phrases suivantes :


Su madre le pide que TOMAR los remedios.
Teme que ESTAR enfermo.
Le pide que TENER cuidado, que PONERSE el pañuelo y que SER responsable.
También le pide que ESCRIBIRLE cartas o, por lo menos, que MANDARLE postales.
Quizás PASAR momentos difíciles.
Me temo que el motor de la moto les FALLAR.
Quizás (ellos) VOLVER transformados de este viaje.

V. Transcription des dialogues de la bande son

Rappel : cette transcription vous est proposée comme une aide à la préparation du cours et non pas comme un texte à faire étudier aux élèves.

ALBERTO : Vamos Ernestito, que no tenemos todo el día, querido, vamos...
... No toqués, no toqués... esto es una moto ... está bien cuidada ... Quédese tranquilo ... Ya está... Ya está...
PADRE : Te esperan momentos difíciles, eh... Pero la verdad que yo siempre soñé con hacer algo así y te confieso que si tuviese unos años menos, me iría con vos ya mismo en esa moto.
ERNESTO : Tome en cuenta que lo hago por los dos.
PADRE : Mientras tanto... cuídate...
MADRE : ¿ Qué, mi amor ? Que ya te vas...
ERNESTO : Sí, me voy.
MADRE : Bueno, de lo único que tienes que preocuparte es tomar los remedios, nada más. Y de escribirme.
ERNESTO : Las cartas más lindas que no hayas leído, vieja.
MADRE : Ciao mi amor.
ERNESTO : Ciao... Ciao hermanita. Cuídate... Ciao loco.
HERMANA : Mándanos postales.
PADRE : Por favor cuídense, ¿ eh ?
ALBERTO : Bueno, así como Don Quijote tenía a Rocinante, San Martín tenía su mula, nosotros tenemos acá a la Poderosa.
PADRE : Sí, que mea aceite.
ALBERTO : Mea aceite, cierto. Lo que estoy tratando de decir en este preciso instante, el joven Fúser y este servidor, nos embarcamos en un viaje a los confines más remotos del espíritu humano donde conoceremos nuevas tierras, oiremos nuevos himnos, comeremos nuevos frutos.
MADRE : Granado, yo te voy a hacer responsable a vos. Le llega a pasar algo a Ernesto y yo te busco y te encuentro, eh ? (dirigiéndose a Ernesto) Ponete el pañuelo mi amor.
ALBERTO : Despreocúpese, señora, que volverá para ser el médico que todos queremos que sea.
MADRE : Sí, más te vale.
ALBERTO : Bien. Es hora de partir.
ERNESTO (voz interior) : Querida vieja, Buenos Aires quedó atrás. Atrás también quedó la « perra vida ». La facultad, los exámenes y las disertaciones soporíferas. Ante nosotros se extiende toda América Latina.

 
 
 
 
   
     
 
© CRDP de l'académie de Paris
Mars 2006 - Tous droits réservés