Parcours Pédagogiques Multimédia

Machu Picchu


Auteur du PPM : Florence Henry, Lycée Raspail, 75014 Paris
Durée : 2 min. 20s.
Année : 2004
Classe : 1ère
Référence : Carnets de voyage de Walter Salles
Mots clés : El Che / Machu Picchu / viaje / Incas

 

I. Résumé de la séquence

En 1952, Ernesto Guevara, âgé de 23 ans, réalise un voyage initiatique à travers le continent latino-américain avec son ami Alberto Granado. Le 5 avril 1952, après avoir parcouru 7014 km et avoir pris conscience, peu à peu, de la composante indienne de leur peuple, les deux amis découvrent avec émerveillement les ruines de l’ancienne cité sacrée du Machu Picchu.
La séquence se situe entre 101min. 38s. et 103min. 58s. au 9e des 16 chap. du DVD.

Intérêt de la séquence
- film récent et à succès ;
- le Machu Picchu : site grandiose et ville sacrée des Incas.
-le Che interprété par le jeune acteur Gael García Bernal : naissance d’une conscience politique.

Intérêt technique 
Le champ/contre-champ, l’alternance de plans rapprochés et de grands plans généraux, l’utilisation du monologue intérieur, autant de techniques utilisées ici pour mieux souligner l’effet produit (émotion, réflexion) sur les personnages par la découverte de ce site extraordinaire.

Point de vue adopté par le cinéaste 
L’ascension au Machu Picchu apparaît comme le point culminant de la prise de conscience du futur Che.
 

II. Découpage

1. Découverte du Machu Picchu (plans 1 à 8)

Les deux jeunes hommes accèdent et pénètrent dans la citadelle sacrée que nous découvrons en même temps qu’eux. Pas de musique ni de paroles échangées. Leur effort physique ainsi que leur émotion sont palpables.

2. Photo « pour la postérité » (plans 9 à 11)

Alberto prend Ernesto en photo « pour la postérité » (plans 1 à 8)

3. Une révolution indienne ? (plans 12 à 16)


Le spectacle de la « grandeur » précolombienne provoque chez les deux hommes une réflexion politique déjà révolutionnaire (pensée par Ernesto et dite naïvement tout haut par Alberto).

4. Nostalgie précolombienne (plans 17 à 20)


Ernesto, se promenant seul dans la cité sacrée, se sent « nostalgique » de cette civilisation qu’il n’a pas connue et qu’il trouve supérieure à celle construite par les conquérants espagnols (plan n° 20 : vue de Lima).

III. Suggestions d'exploitation pédagogique

Rappel : il ne saurait y avoir de démarche unique : nous ne faisons que proposer quelques pistes possibles.

1. Activités proposées

Dans un premier temps, on visionnera la séquence en entier et on laissera les élèves réagir. Cela permettra de situer le Machu Picchu et de présenter les deux personnages. On se rend compte dès la première vision de l’effet produit sur les deux hommes par le site : Mientras van adentrándose en la ciudad sagrada, se dan cuenta del alto nivel de civilización de los incas.

Dans un deuxième temps, on visionnera une nouvelle fois la première partie de la séquence (du plan 1 à 11) en demandant :
- à une partie des élèves de décrire le site (que nous découvrons en même temps que les protagonistes) : emploi de SER + adjectif ( es impresionante / extraordinario / difícil de acceso / montañoso / majestuoso etc.)
- à une autre partie des élèves de décrire les réactions visibles des deux hommes : emploi de ESTAR + adjectif (están emocionados / cansados / impresionados / callados / maravillados / etc.)

Puis on visionnera la deuxième partie de la séquence en demandant aux élèves d’essayer d’expliciter la réflexion née de la contemplation d’un tel site. Réflexion qui est celle exprimée par les protagonistes mais qui peut aussi, simplement, être celle des élèves eux-mêmes :
Al ver el Machu Picchu, uno se da cuenta de que los incas eran grandes constructores.
Al contemplar la ciudad, nos damos cuenta de que era una civilización muy avanzada para la época.
Al analizar la historia, Ernesto piensa que los españoles lo arrasaron todo sólo por tener la fuerza.
Al comparar Lima con el Machu Picchu, uno puede considerar que la conquista española no fue más que una destrucción.


Dans un troisième temps on repassera la séquence en entier en demandant aux élèves d’analyser comment est traité le personnage du jeune Che (future icône, futur révolutionnaire…) par rapport à son compagnon.

Al principio de la secuencia, mientras están trepando por la montaña, Ernesto parece sereno y concentrado mientras que Alberto está cansado y sin aliento.
Ernesto es el líder: siempre está delante mientras que Alberto lo sigue.
En los planos 3 y 14, los primeros planos de Ernesto ponen de realce su emoción y su reflexión (está muy serio, callado y concentrado).
Alberto saca la foto de Ernesto entre las ruinas del Machu Picchu « para la posteridad » como si supiera que su amigo llegará a ser un futuro ícono.
Cuando se sientan para escribir en sus diarios respectivos, Ernesto está sentado en un muro mientras que Alberto está en el suelo. Los picados y contra-picados subrayan la posición de « superioridad » de Ernesto.
En su monólogo interior, Ernesto desarrolla una reflexión política mucho más profunda que la que enuncia en voz alta su compañero.
Ernesto corta de manera tajante a su amigo diciéndole: “¿ una revolución sin tiros ? Estás loco, como si ya tuviera ideas claras sobre lo que ha de ser una revolución « de verdad ».
En los cuatro últimos planos de la secuencia, Ernesto está solo construyendo su propia reflexión política.

2. Suggestions pour un travail linguistique

- Emploi de SER ou de ESTAR avec un adjectif (La ciudad es impresionante / Los dos chicos están impresionados)
- Simultanéité de deux actions : emploi de Al + infinitif (Al contemplar el Machu Picchu, se dan cuenta de que…)
- Emploi de Mientras (Mientras se adentran en la ciudad, descubren la grandeza de aquella civilización).
- Comparatifs (Alberto es más cándido que Ernesto...)

3. Un projet pédagogique


L’étude de cette séquence s’inscrit dans le programme de la classe de 1ère : « Les relations de pouvoir : domination, influence, opposition, révolte ». Par la découverte de l’Amérique indienne, le jeune Ernesto Guevara prend conscience de l’acculturation engendrée par la domination espagnole. Cette prise de conscience entraîne immédiatement (dans la séquence) un projet d’opposition puis de révolte. Cette séquence peut donc prendre sa place aussi bien dans un travail sur « l’indigénisme » en Amérique Latine qu’autour de la personnalité emblématique du Che.

4. Fixation des connaissances

Mientras van adentrándose en la ciudad sagrada, los dos jóvenes se dan cuenta del alto nivel de civilización de los incas. El lugar es impresionante y maravilloso, y al descubrirlo, los dos amigos están impresionados y maravillados. La reflexión de Ernesto es más sensata y profunda que la de Alberto.

5. Evaluation (sous forme de conclusion personnelle de l’élève)

Si estuvieras en el Machu Picchu, ¿ qué escribirías en tu diario ?

IV. Annexes et activités complémentaires

Annexes :

Article de Vocable (9 au 22 septembre 2004) : « El Che cuando todavía no era el Che »

Activités complémentaires:

Sur le modèle :
Al ver la ciudad sagrada, se emocionan
= cuando ven la ciudad sagrada, se emocionan

Dire autrement :
Cuando caminan, se cansan.

Mientras escriben, no hablan.

Cuando Alberto tiene una idea, la enuncia.

Al decidirlo, se fueron.

Al construir aquella ciudad, supieron protegerla.

Al ver estas imágenes, estoy maravillado(a).

Choisir entre SER et ESTAR en étant capable de justifier ce choix.

La secuencia es/está emocionante
El lugar es/está hermoso
Los chicos son/están encantados
Su reflexión es/está profunda
¿ Cómo es/está posible ?
Somos/estamos impresionados
Eres/estás interesado en el tema
Pero ¿ qué dices ? ¡ Eres/estás loco!
¿ Cómo sería América si las cosas hubieran sido/estado diferentes ?

V. Mise à plat de la séquence

1. Mise à plat de la séquence plan par plan

Cliquer ici pour le tableau de mise à plat

2. Transcription des dialogues de la séquence

Rappel :cette transcription vous est proposée comme une aide à la préparation du cours et non pas comme un texte à faire étudier aux élèves.

ALBERTO : A ver cómo te portas, Fúser. Ahí está, ahí está...Va ahí...
ERNESTO : Para la posteridad.
ERNESTO : (monólogo interior) : Los incas tenían un alto conocimiento en astronomía, medicina, matemáticas entre otras cosas. Pero los invasores españoles tenían la pólvora. ¿Cómo sería América hoy si las cosas hubieran sido diferentes?.
ALBERTO : Fúser, mira que se me ocurrió : casarme con una descendiente inca, fundaríamos un partido indigenista en estas condiciones ¿ no ? Incitamos a todo el pueblo a votar. Reactivamos la revolución de Tupac Amaru, la revolución indoamericana, Fúser. ¿ Qué te parece ?.
ERNESTO : ¿ Una revolución sin tiros ? Estás loco, viejo.
ERNESTO (monólogo interior) : ¿ Cómo es posible que sienta nostalgia por un mundo que no conocí ? ¿ Cómo se explica que una civilización capaz de construir esto sea arrasada para construir esto ?

 

 
 
 
 
   
     
 
© CRDP de l'académie de Paris
Mars 2006 - Tous droits réservés