Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Recherche dans la rubrique 'tempo – Syros'

L’échelle de Glasgow

22 octobre 2008

Critique :
- Avis : Dès le début du récit le ton est donné. On se doute que le père de Mika est soit Catfish soit Astro Man. On apprend aussi assez vite ce qui est arrivé à Mika, il a tenté de se suicider. Devant la perte possible de son fils un père ne triche plus. Il saisit la chance qui lui est donnée de pouvoir raconter la vraie vie, de montrer ses sentiments. Est-ce que Mika l’entend ? Peut-être. En tout cas les résultats de l’échelle de Glasgow, sensée mesurer la réactivité des patients comateux aux stimuli, montre une progression journalière. Une histoire sentimentale où les relations père/fils se renforcent. Face à l’éventualité de la mort, plus de tricherie les paroles sont vraies et émouvantes. Le récit du père de Mika dévoile le mystère autour de l’amitié, de la guitare et de la musique rock. Le récit se déroule sur trois jours pour communiquer au lecteur la douleur de l’attente, l’incertitude de la vie. La vie qui n’est pas toujours comme on la souhaite mais comment savoir sans la vivre jusqu’au bout si elle ne réserve pas des surprises. Un message d’espoir pour tous les désespérés
- Appréciation : Recommandé (Sélection 5ème / 4ème Prix Tatoulu 2009)
- Nom du critique : Sophie Audouard
- Date : mai 2008

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

C’était mon oncle

22 juin 2008

Critique :
- Avis :
Il est difficile à croire que certains SDF que nous côtoyons dans la rue ont de la famille. C’était le cas d’Armand. Réfugié chez sa grand-mère pendant les vacances de Noël, Noé est heureux que quelqu’un s’occupe enfin de lui. Grâce à elle il comprendra ce qui est arrivé à son oncle. Dégouté de la vie après la mort de sa femme qui était enceinte, Armand n’avait plus de raison de vivre. Aussi, peu à peu il a décroché de la vie et sombré dans l’alcool. Par contre il a toujours gardé au fond de lui sa passion pour la poésie. Par ce récit simple et bien construit, Yves Grevet montre qu’il y a souvent une raison pour laquelle un homme sombre dans l’oubli de soi, l’oubli des autres. Armand n’a pas été oublié par sa famille il s’en est éloigné. L’auteur ne dit pas comment une famille peut aider l’un des sien à accepter la réalité, le débat reste donc ouvert. Noé est peut être un peu trop connaisseur en poésie mais son rapport avec sa grand-mère est touchant.
- Appréciation : Recommandé
- Nom du critique : Sophie Audouard
- Date :
mai 2008

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,