Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Recherche dans la rubrique 'Ado – Actes Sud Junior'

20 pieds sous terre

26 octobre 2014

 

Critique

- Avis : L’habilité de ce thriller, c’est que c’est aussi pleinement un roman. Et vice-versa. Charlotte Erlih décrit avec justesse comment on appréhende la mort d’un être cher à dix-sept ans, et comment l’on peut faire son deuil. C’est pour comprendre cette mort incompréhensible que Manon se lance dans à corps perdu dans une enquête. C’est parce qu’elle refuse de croire à cette mort qui n’aurait pas de raison qu’elle entreprend ce travail de détective. 

Au fur et à mesure, elle découvre la vie de son frère, et permet à l’auteur d’aborder de façon fine des sujets importants. L’on pénètre à travers les yeux d’une néophyte dans l’univers sombre et codifié des graffeurs, du métro parisien la nuit, de l’homosexualité aussI On est bien 20 pieds sous terre, au propre comme au figuré, puisque Manon côtoie non seulement l’envers du décor souterrain mais aussi la bassesse de certains comportements. Manon apprend des choses sur son frère mais sur elle même, également: elle sort de sa réserve, affronte ses peurs et ce parcours semé d’embûches est également le chemin vers l’âge adulte et bien sûr vers le deuil. 

En ce qui concerne le thriller à proprement parler, le suspense est bien mené et on est facilement happé par les investigations de Manon, guidées par son instinct et le fil de ses pensées. Le choix du narrateur interne évite au lecteur d’être trop en surplomb et d’anticiper les étapes du raisonnement de la jeune fille. Certains moments sont très intenses, et les descriptions de ce qu’il se passe dans la tête et dans le corps de Manon nous font pleinement pénétrer les scènes: le processus d’identification marche pleinement. 

Un très bon roman-thriller, dès 14 ans. 

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

 

- Date : octobre 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , , ,

Double jeu

30 mars 2014

Critique

- Avis : En entrant à Clemenceau Quentin est tiraillé entre deux mondes. Celui de Saint Ex d’où il vient ses copains, les passe-temps pas toujours réglo, les barres HLM, mais peu importe parce que ça, il connaît. Quand il arrive dans ce nouvel univers, il sent bien qu’il n’est pas à sa place. Il doit s’acclimater aux lieux, aux gens. Il doit avoir la bonne démarche, il doit sans cesse se contrôler pour ne pas se faire remarquer. Jean-Philippe Blondel fait de son personnage principal un garçon attachant qui doute mais réfléchit. Quentin est perdu dans cet établissement où les codes sociaux sont bien différents de ceux qu’il connaît. Sa rencontre avec sa prof de français, La Fernandez comme tout le monde l’appelle, est déterminante . Un autre personnage dont Jean-Philippe Blondel une fois encore tire un portrait juste et détaillé. Alors que Quentin ne sait plus où il en est, qu’il manque de confiance en lui, qu’il doit faire face à la différence sociale et culturelle, qu’il découvre le théâtre, qu’il veut s’en sortir tout en étant attaché à son quartier, La Fernandez est là. Elle l’écoute, lui fait confiance, le guide dans son questionnement. En lui donnant le rôle de Tom dans la ménagerie de verre de Tennessee Williams cette prof de français lui fait jouer son propre rôle. Quentin va entrer dans la peau de Tom. Il va le comprendre. Il va le vivre. En portant ce personnage, Quentin va donner une chance à son avenir. En trois actes, comme une pièce de théâtre, l’auteur aborde ce thème de l’adolescence avec justesse et tendresse. Un roman plein d’espoir qui montre que les choses peuvent changer si on le veut vraiment. A chacun de saisir sa chance ! 

 - Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

L’émeraude sacrée de Shwedagon

10 octobre 2013

 

Critique

- Avis :En racontant l’histoire de Min Han, Pascal Vatinel revient sur l’histoire de la Birmanie. Il dresse un tableau de ce pays alors dirigé par la junte militaire. A cette époque qui n’est pas si lointaine, la corruption était présente dans tous les rouages du pouvoir et Aung San Suu Kyi en résidence surveillée n’avait pas encore obtenu le prix Nobel de la paix. Cette fiction est à la fois un récit de vie et d’aventures permettant d’en apprendre davantage sur un pays qui peu à peu se construit  dans  la démocratie.

- Appréciation Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : octobre 2013

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Bacha Posh

10 octobre 2013

 

Critique

- Avis : Le roman évoque une coutume surprenante, souvent peu connue, pourtant répandue en Afghanistan et au Pakistan. Charlotte Erlih s’interroge avec subtilité et finesse sur la condition des femmes et le poids des traditions. Comment renoncer aux libertés et aux privilèges quand on y a goûté ? Comment retrouver une identité que l’on a caché avec la complicité de sa famille ? L’auteure propose une fin ouverte mais comment pouvait-elle faire autrement ? Parce que qui peut dire ce que Farrukh aurait choisi de devenir ? Et a-t-elle le choix ? La lecture de ce roman impose un débat pour au moins évoquer ces questions à défaut d’y répondre.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : octobre 2013

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Jack

15 juin 2012

 

Critique

- Avis : Jack est tout simplement terrifié par la révélation de son père. Adolescent, elle ne l’aide pas à se construire. Sa réaction est une fuite, un moyen de  ne pas affronter la réalité. D’un frère ou d’une sœur il pourrait sans doute l’accepter mais d’un père. Comment a-t-il pu vivre avec sa mère, le concevoir lui ? Deviendra-t-il gay lui aussi un jour ? Le roman A.M.Homes raconte le cheminement de Jack vers son père. Un peu manichéen parfois mais jamais caricatural. Si chaque lecteur peut comme Jack à la fin du roman faire la part des choses, s’ouvrir l’esprit, regarder la différence comme une richesse, se méfier des jugements hâtifs, apprendre la tolérance, alors ce roman aura fait gagner à chacun un peu plus d’humanité.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2012

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Voie interdite

8 mai 2012

 

Critique

- Avis : Un seul et unique personnage dans ce récit pourtant à la troisième personne. Il part, il veut disparaître. Non pas se suicider mais quitter sa vie, son passé. Il cherche le lieu idéal pour être seul. Le temps se déploie peu à peu et le personnage se confie. Le premier personnage évoqué est Patou, son grand-père, celui qui l’a élevé à la mort de ses parents. Mais il est mort et notre héros majeur à présent travaille et vit seul dans la maison de Patou. On ne sait toujours pas la raison qui le pousse à tout quitter quand arrive Alexia, le deuxième personnage évoqué. Est-elle morte elle aussi ? Le suspens reste entier jusqu’à la fin. La force de ce roman est de tenir le lecteur en haleine, de lui faire tout imaginer sauf le pire. C’est aussi faire porter tout le récit par un seul personnage. En cheminant vers la solitude il prend conscience de son acte. Il s’ouvre à la réalité de sa vie, lui qui jusque là vivait dans un univers imaginaire à la quête d’un amour absolu.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2011

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Tout seuls

23 avril 2012

 

Critique

- Avis : L’accident fait resurgir le manque. Malo se souvient de sa mère. Siloa ne l’a pas connue, elle était trop petite quand elle est partie et les a laissés à leur père. Aucun doute pour Malo il doit la retrouver maintenant pour ne plus être seul, seul sans sa mère, et peut-être demain seul sans sa sœur. Il n’est même pas sûr que son père soit mort mais il part. Ce roman est l’histoire d’un cheminement au sens propre comme au sens figuré. Sur le chemin pour Malo et sa sœur il y a des embûches, des rencontres, des doutes,. Ensemble ils traverseront toutes les difficultés avec force et détermination Siloa est à la fois effrayée par cette route aventureuse et rassurée par les certitudes de son frère. Un roman attachant qui se déroule comme un road-movie. 

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : avril 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

Peur express

12 avril 2012

 

Critique

- Avis : Annoncé comme thriller sur la couverture, le roman de Jo Witek est davantage à classer dans le genre policier. En effet, l’auteur a fait le choix d’un récit très structuré, divisé en trois parties. La première invitant le lecteur à la rencontre de quelques voyageurs,  de la conductrice et des agents de bord. Les descriptions précises tant des voyageurs que de leur situation dans ce train font du lecteur un passager à bord de ce TGV. La deuxième partie, met en situation les six adolescents face à d’étranges apparitions toutes ayant une relation avec leur passé ou celui de leur famille. La limite n’est jamais franchit à tel point que le lecteur garde toujours un doute : coïncidences, télépathie, apparitions fantomatiques ? La troisième partie intitulée « Au delà du retour » revient sur l’étude des phénomènes et montre comment il est possible de les analyser d’un point de vue scientifique. Une histoire qui agite des phénomènes inexpliqués, qui explore la psychologie humaine avec beaucoup de suspens mais aussi de réalisme. Sans forcément avoir peur le lecteur s’ interroge tout en se laissant emporter par ce récit captivant.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : avril 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

J’me sens pas belle.

15 février 2012

 

Critique

- Avis : Depuis toute petite, Sabine économise l’argent de son anniversaire dans l’espoir un jour d’être belle. La chirurgie plastique sera sa solution. En attendant elle subit son physique. Elle est seule parce qu’elle s’isole, le regard louche des garçons la désespère, elle tente des régimes sans grand succès, puis un jour arrive Ajmal. Seul dans un pays étranger, sans papiers, vivant de petits boulots et dormant dans un squatte crasseux, comme Sabine Ajmal est perdu, il attend des jours meilleurs. Ensemble, ils vont combattre l’adversité. La construction du récit est intéressante. Des chapitres datés du 20 mai au 5 juin racontent le combat de Sabine pour libérer Ajmal. Ils sont entrecoupés de chapitres intitulés Ajmal, Bertrand, Roger, qui mettent en scène les relations de Sabine avec ces différents personnages. Ce sont justement ces relations familiales ou amicales que nous fait partager l’auteur qui donnent au roman toute sa consistance. Le rebondissement de la fin apporte aussi un nouveau souffle à l’histoire.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : Février 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

Un été outremer

16 septembre 2010

 

Critique

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Appréciation : Coup de coeur

- Date : 16 septembre 2010

- Avis : Félicien est heureux mais tourmenté depuis son plus jeune âge par ses origines. Il veut savoir  mais ne demande l’aide de personne. Pourtant il peut compter sur ses parents qui ne lui ont jamais caché son adoption. Le papier bleu de la DDASS lui a appris une seule chose mais c’est déjà trop pour lui. Arabe, voilà son origine. A Marseille, Félicien embarque pour Alger. Sur le bateau il rencontre Mourad qui va le guider à travers Alger. Puis d’autres qui comme Mourad se mettront en quatre pour l’accompagner jusqu’en kabylie. A travers ses rencontres, Félicien va apprivoiser ses origines jusqu’à en être fier. Il rentrera chez lui réconforté et grandi.
Sur le thème de l’adoption et des origines, vu sous un autre angle pour le niveau 6ème/5ème, voir le roman « L’odyssée d’Alizée » de Gisèle Pineau

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,