Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Recherche dans la rubrique 'Thierry Magnier'

Prends ta pelle et ton seau et va jouer dans les sables mouvants

20 juin 2015

Anton vit avec son beau-père dans un taudis, dans une ville sinistrée après la fermeture de l’usine qui faisait vivre la communauté. Adolescent en crise, il a abandonné l’école et tente de vivre de petits trafics mais la vie de truands est plus difficile qu’il ne croit. Ses complices se retournent contre lui et, de mésaventures en mésaventures, il va se retrouver dans une position fâcheuse. Mais la rencontre avec un homme va tout changer et le jeune homme va apprendre l’esprit d’équipe dans une association de bénévoles « les superettes du cœur » qui vient en aide aux déshérités.

L’auteur nous présente un adolescent très cynique, en mal de vivre, qui n’a jamais connu ni tendresse ni encouragement. Anton est un garçon à qui on a rien donné et qui cherche à avoir ce que le monde promet à d’autres. Il cherche à se faire une place dans une société où il se sent étranger. Comme son héros Mowgli, il rêve secrètement de quitter la jungle afin de vivre parmi les hommes. Avec beaucoup de recul et d’humour, l’auteur donnera à la fin du roman l’espoir d’une vie meilleure à son personnage.

Ce livre au ton assez cru n’admet aucune sensiblerie, laissant entrevoir un univers plein de désillusions et de violence dans lequel l’amour et l’amitié ne sont distillés que par petites touches. Intéressant portrait d’une jeunesse à la dérive.

 

Barbara Alhomme

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

La vie de l’unique, l’étonnante, la spectaculaire, la miraculeuse Lara Schmitt. Mon duché déchu.

18 mai 2015

 

 

Critique

-    Avis : Une héroïque peu commune, cousine germaine et germanique de Fifi Brin d’Acier, pour une comédie pêchue et originale sur la séparation telle que vécue par une enfant. La narration tonique, bourrée d’humour et doublée d’illustrations à la façon d’un journal intime, nous fait entrer de plain-pied dans le monde de Lara : la Râlbanie, royaume façonné à l’image de la petite ronchonneuse (la boisson nationale y est d’ailleurs le râcao, avec recette à la clé) mais aussi le sentiment d’abandon, l’incompréhension et la souffrance qui pointent sous la colère de l’héroïne.

On sourit, on s’attache à Lara, on aimerait lui venir en aide, la consoler. On pourra toutefois regretter le choix de l’auteur consistant à condenser en fin de volume les enjeux majeurs qui sous-tendent le récit – la maladie de la mère, la séparation d’avec le père, l’amitié avec un jeune garçon dont le père est placé en détention – conduisant à une succession de révélations plus qu’à un véritablement traitement de ces problématiques (ce sera l’objet d’un second volume), d’où une impression de longueur dans l’exposition des personnages et du contexte. On saluera en revanche et sans réserve la qualité de la traduction, qui parvient à restituer brillamment l’univers foldingue et les nombreux jeux de mots du texte allemand.

-    Appréciation : Recommandé

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mai 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

La mémoire en blanc

15 mai 2015

 

Critique :

-    Avis : Pour raconter le génocide rwandais, Isabelle Collombat choisit le double prisme de la fiction et de la quête des origines. Enquête passionnante sur une histoire refoulée, celle d’un petit pays martyrisé comme d’une héroïne bousculée dans son identité. Léonie ignore tout de ses origines : croyant être née sous X en région parisienne, elle se découvre bientôt originaire du Rwanda. Cette révélation questionnera fondamentalement la jeune femme, mais également sa famille et en particulier son père, au rôle plus trouble qu’il n’y paraît. Isabelle Collombat excelle à façonner les personnages, à la psychologie affutée, où rien ni personne n’est entièrement blanc ou noir. La quête de Léonie, passionnante, est servie par une construction sans faille du récit, où l’auteur distille peu à peu indices et informations jusqu’à la terrifiante révélation finale. Entre identité, haine, violence et reconstruction de soi, un roman dense dans l’émotion comme dans l’écriture.

-    Recommandation : Coup de cœur

-    Date : mai 2015

-    Nom du critique : Séverine Billot

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

De mieux en mieux

9 mai 2015

De mieux en mieux est un recueil de nouvelles composées d’histoires qui s’entremêlent, qui s’entrechoquent, formant un microcosme, celui de la cité HLM Nelson Mandela dans laquelle vivent Coraz, Marie, Latifah ou encore Stella. Dans ces tours épinglées en "Zones urbaines sensibles", se côtoient une fan de Lady Gaga qui rêve d’être une star, des adolescents qui vivent une descente de flics de la BAC, un jeune garçon qui assiste à un accouchement surprise, ou encore deux tourtereaux qui vivent leurs premiers émois amoureux. Toutes ces histoires se rejoignent autour d’un événement symbolique, la réparation des ascenseurs de la cité.

Se croisent dans ce recueil des adolescents aux portraits drôles ou tragiques, mais toujours attachants, dans lesquels les jeunes lecteurs pourront s’identifier. Surpris dans leur quotidien, ces héros offrent corps et âmes à la cité et donnent à voir une réalité au-delà de certains clichés. Il y a de la peur, du découragement mais aussi de l’espoir et une rage de vivre qui font de ce recueil une lecture agréable et émouvante. 

Barbara Alhomme

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Je suis le fruit de leur amour

3 mars 2015

 

Critique

- Avis : Un roman sans concession sur l’amour filial. Un père absent et une mère qui justement n’en a pas pour sa fille. Elle essaie pourtant mais non. Elle oublie d’aller la chercher à l’école. Elle ne peut pas l’embrasser sans craindre de se décoiffer. Et à la mort de son mari elle l’abandonne, elle ne peut pas l’aimer. Dans ce roman difficile l’auteure questionne. L’amour maternel, l’instinct maternel est-ce une évidence ? Est-ce qu’on peut ne pas se sentir père ? Être mère est-ce ne plus se sentir femme ? Un sentiment trouble et pesant se déroule au fil des pages.  La culpabilité de la petite fille qui sans cesse s’interroge sur les raisons du rejet de sa mère est insupportable. Des mots durs, forts pour mettre en scène des situations parfois insoutenables. Un roman réussit mais périlleux dont on se demande à qui et dans quelles circonstances le faire lire.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Charly

3 mars 2015

 

Critique

- Avis : Sam s’ennuie en vacances, les clients de l’hôtel ne remplacent pas les copains qui eux sont partis. Vivement la rentrée ! Alors Charly tombe à pic. Il est un peu bizarre mais finalement très vite Sam ne s’ennuie plus. Ensemble, ils partent à l’aventure, escaladent, jouent au foot et se font des confidences. Alors quand pour le dernier dîner, Charly devient Charlotte, Sam lui en veut de lui avoir menti. Mais non Charlotte n’a pas menti, elle joue au foot et alors, elle aime star Wars et alors. Une fille ça doit forcément jouer à la poupée, pleurnicher, s’habiller en robe rose ! Un roman  intense qui traite ce sujet «du genre» avec force, délicatesse et humour sans jamais tomber dans la caricature. Un roman qui permet d’ouvrir le débat dès le plus jeune âge avec beaucoup de justesse. Qui donne un regard équilibré et salutaire à ce sujet n’en déplaise à ses détracteurs.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

La voix de la meute, tome 1. Les remplaçants.

12 novembre 2014

Gaia Guasti, La voix de la meute, tome 1, Les remplaçants

 

Critique

- Avis : Des loups-garous, une vengeance, une malédiction transmise d’âge en âge… Réunissant tous les ingrédients du roman fantastique, Gaia Guasti parvient à renouveler brillamment le genre et à livrer un récit haletant.

Matérialisation de la pulsion – la peur, la colère, le désir… – qui saisit et submerge tour à tour Mila, Ludo et Tristan, oscillant entre don et héritage maudit, la transformation animale incarne la part d’ombre et d’instinct qui sommeille en chacun et dessine une métaphore subtile de l’adolescence. En tentant de comprendre et de dominer cette nouvelle nature, tantôt puissance salvatrice, tantôt asservissement bestial, les jeunes gens s’engageront dans une course haletante contre une menace venue de la nuit des temps, mais aussi, et peut-être plus encore, contre eux-mêmes.

Le traitement inédit, presque psychanalytique, du sujet, et l’analyse tout en finesse de la psychologie des personnages – Mila la fougueuse, Ludo le taiseux, Tristan le sage et réfléchi, confrontés chacun à leur manière à ce nouveau moi – confèrent une tension palpable à ce récit, servi par une écriture affutée, aux éclats poétiques, célébration de la nature, elle aussi indomptable et sauvage.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Séverine Billot

- Date : novembre 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Martin, gaffeur tout-terrain

11 octobre 2014

 

Critique :

- Avis : Gaffes à gogo et qui plus est, en famille : le périple comique de deux frères, Sam, le cadet raisonnable, et Martin, vivante incarnation de la scoumoune, accompagnés de leur cousin Marco, homologue transalpin du malchanceux Martin. Du départ rocambolesque de Paris à l’arrivée carnavalesque au fin fond de l’Ombrie en passant par les soirées romaines pour jeunes branchés gothico-dépressifs, gags et situations absurdes s’enchaînent, provoquant l’hilarité. Un roman bref et enlevé, écrit dans une langue alerte qui parlera aux 12-14 ans, sans autre prétention que de faire rire… ce qu’il réussit haut la main.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Séverine Billot

- Date : octobre 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

La soupe aux amandes

29 novembre 2013

 

Critique

- Avis : Sylvie Deshors, avec son style  incisif fait de phrases courtes, parvient magnifiquement à rendre tout à la fois le danger, l’urgence, la menace, la solidarité et l’affection.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Hélène Gontier

- Date : novembre 2013

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

La claque

27 novembre 2013

 

Critique

- Avis : L’auteur montre que le geste d’un parent peut partir trop vite quand il perd son sang froid, le tout est de savoir s’il peut ensuite expliquer son emportement et avouer ses torts…

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Hélène Gontier

- Date : Novembre 2013

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,