Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Recherche dans la rubrique 'Collections'

Broadway Limited. 1, Un dîner avec Cary Grant

1 juin 2015

 

 

Critique

-    Avis : New York sous la neige, en musique et en technicolor ! A travers les yeux de Jocelyn, la pension Giboulée devient le point focal à partir duquel, à la manière d’un pop-up, se déploient une ville, des vies, un univers où foisonnent suspense et sentiment. Dans ce magnifique roman choral, porté par une écriture aussi luxuriante que gourmande, s’entremêlent une multiplicité de récits – la découverte de New-York, la recherche du père, de l’amant, de l’amour… Ici, tout prend relief, vit, respire, devient palpable : les personnages, le cœur de la cité, l’époque. Chaque page regorge d’humour et de trouvailles ; de l’association inédite de deux simples mots jaillit l’émotion. Sans rien masquer des aspects sombres de l’Amérique – la ségrégation raciale, le maccarthysme – Malika Ferdjoukh multiplie les clins d’œil : l’on croise de délicieuses débutantes nommées Grace Kelly et Sarah Vaughan, les chats de la maisonnée répondent aux noms de Mae West et Betty Grable… L’omniprésence des références musicales et cinématographiques offre une somptueuse plongée dans les années 40, ne gênant en rien le plaisir de lecture des néophytes. 600 pages d’éblouissement.

-    Appréciation : Coup de cœur

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : juin 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Octobre, un crime

1 juin 2015

 

 

Critique

-    Avis : Un récit qui ne tient pas toutes ses promesses : après un début alléchant – une robe jaune, un mystère, une plongée dans l’Argentine de la fin des années cinquante – l’enquête suit une progression linéaire, sans à-coups ni véritables obstacles, Inès recevant très (trop !) facilement de l’aide. Le dénouement, nettement artificiel, est difficilement compréhensible. On aurait aimé un récit plus tendu, des enjeux plus forts, une héroïne plus bousculée, une restitution plus dense de l’histoire de l’Argentine.

-    Appréciation : Un petit « Pourquoi pas ? »

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : juin 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Signe distinctif roux

20 mai 2015

 

Critique

- Avis : Gros, petit, chaussé de lunettes ou équipé d’appareils dentaire les moqueries commencent souvent sous forme de plaisanteries bon enfant. Mais il suffit d’un rien pour qu’elles transforment en enfer la vie de celui qui les subit. Harold est roux et tout de suite il devient la cible des faibles, des laissés pour compte. Réagir, laisser faire Harold ne sait plus vu qu’il a tout essayé? C’est d’autant plus difficile que cela dure depuis son plus jeune âge. Le roman d’Anouk Bloch-Henry traduit avec intelligence la montée de cette discrimination. Petit à petit les plaisanteries se transforment en harcèlement. La violence prend le pas et tous se retrouvent dans une spirale infernale. Sans chercher à comprendre sans se demander pourquoi les harceleurs suivent un leader imbécile. Enfin la prise de conscience arrive. Axelle ne participait pas mais ne trouvait pas ça bien méchant non plus jusqu’au jour où elle tombe sur la page facebook invitant à la journée du coup de pied à un roux. Un récit simple mais efficace pour ouvrir le débat autour de ce genre de pratiques. Pratiques qui d’ailleurs, passent souvent inaperçues auprès des adultes. Ce qui est très bien montré dans le roman.

- Appréciation :  pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Shola et la tante d’Amérique

19 mai 2015

 

Critique

- Avis :  Avec le même humour que dans la précédente aventure de Shola, Shola et les lions, Bernardo Atxaga invite les lecteurs à réfléchir sur des préjugés. Pourquoi en Amérique on serait différent ? Pourquoi parce qu’on est plus vieux on serait plus rigoureux et moins rêveur ? La Tante Clémentine va étonner Shola par sa nonchalance et son ouverture d’esprit. Shola qui croyait qu’aimer la liberté c’est aimer le bazar va en être pour ses frais…

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Shola et les lions

19 mai 2015

 

Critique

- Avis :  Savoir qui l’on est et d’où l’on vient n’est pas forcément une question que l’on se pose tout petit. Par contre se confronter à la différence, regarder ses qualités et ses défauts, accepter le besoin des autres est utile pour se construire. Shona,  naïve et innocente est très déterminée. Elle va au bout de ses rêves. Finalement elle se rend compte que être une petite ratière est au moins aussi bien qu’être lion. Un texte plein d’humour et de tendresse. Un petit roman illustré très abordable dès l’école élémentaire. Ceux qui ont aimé Shona, personnage particulièrement attachant et drôle pourront la retrouver dans une autre aventure : Shola et la tante d’Amérique 

- Appréciation :  recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Auto

19 mai 2015

 

Critique

- Avis : Quel petit garçon ou quelle petite fille ne s’est pas imaginé en vrai dans sa voiture à pédale ? Elle fait le bonheur de son petit propriétaire. Page après page il nous raconte sa voiture, une belle voiture qui fait tout comme les vraies. De grands dessins simples mais expressifs montrent la voiture dans tous ses états. Les tous petits se régalent de couleurs. Pour les plus grands, les mots grossis dans un texte court enrichissent le vocabulaire autour de la voiture. Pour les lecteurs en herbe, ils pourront commencer à en retenir l’orthographe et comprendre l’usage du nous, que le narrateur, en voiture avec son papa, utilise  Un album cartonné qui plaît par sa simplicité.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Bulles & Blues // Mots rumeurs, mots cutter // Rouge Tagada

18 mai 2015

Résumé: Ces trois tomes racontent les histoires croisées de différents élèves d’une classe de quatrième, des histoires que l’on ne soupçonne pas forcément lorsque l’on regarde la photo de classe prise en début d’année. 

Dans Bulles & Blues, l’on suit Chloé, qui a toujours été très proche de son demi-frère Soan malgré leurs différences. Soan est plutôt discret et bon élèvetandis que Chloé est la fofolle de la famille, qui ne brille pas par ses notes à l’école. Ils sont dans la même classe mais depuis quelques temps Soan est distant, cela fait beaucoup souffrir Chloé. D’autres choses l’attristent, comme les manigances dont elle est témoin au sein de sa classet, qui font souffrir d’autres personnes. Elle confie ces peines dans son journal, et cherche la force de faire changer les choses. Pas facile à treize ans, de bouleverser le monde dans lequel on vit, pour pouvoir aller mieux. 

Mots rumeurs, mots cutter, c’est l’histoire de Léa qui a la mauvaise idée de sortir avec Mattéo, le garçon sur lequel ??? a jeté son dévolu. A partir de ce moment là, les rumeurs se multiplient à son propos et les humiliations aussi: elles deviennent quotidiennes. Léa n’a plus le goût de rien, elle qui était si enjouée, elle se referme sur elle même et venir à l’école devient une torture. Comment s’en sortir depuis qu’elle est le bouc émissaire de la classe et que tout le monde lui tourne le dos? 

Rouge Tagada, raconte quant à lui, l’histoire d’amourtié qui se tisse entre Alex et la nouvelle Layla, la nouvelle arrivée dans le collège en début d’année. Petit à petit, elles deviennent les meilleures amies du monde: elles passent des après midi entiers à rigoler, à écouter de la musique, elles s’assoient toujours l’une à côté de l’autre en classe. Cela fait partie des amitiés qui éclipsent le reste du monde. Puis Layla rencontre un garçon et s’éloigne d’Alex. Lorsqu’un après midi Layla vient passer un après midi chez Alex, c’est pour l’aider à apprendre à embrasser. Alex est troublée…

 

 

Critique: 

 

-Avis: Ces trois romans graphiques abordent avec douceur, humour mais aussi profondeur des thématiques délicates et pourtant familières des adolescents: l’attirance pour une personne du même sexe, qui questionne ce que peuvent ressentir beaucoup d’adolescents à une époque de la vie où les amitiés sont vécues avec passion ; ressentir avec tristesse l’éloignement par rapport à une personne chère à un moment où les personnalités des uns et des autres se forgent et changent ; comment l’on peut se retrouver sans s’en rendre compte au centre des moqueries, détruit par des rumeurs. Si les sujets sont graves, ce n’est jamais triste: les adultes sont là, certains sont des personnes ressources (mention spéciale pour la documentaliste qui récupère Chloé en pleurs, qui lui raconte toute son histoire et s’empare du cas préoccupant de Chloé). Les volumes se terminent sur une pointe d’espoir. 

Et tout cela sans aucun ton moralisateur: les histoires sont bien menées, racontées par un narrateur extérieur qui ne juge pas et ont le très grand avantage de se croiser, et de multiplier les points de vue sur les différentes histoires et chacun des personnages est tour à tour spectateur, témoin ou acteur de l’histoire. 

Les illustrations à la fois douces et colorées donnent corps aux personnages à la fois très normaux et tout à fait hauts en couleurs et incarnent les histoires dans un quotidien dans lequel n’importe quel adolescent peut se reconnaître. 

On attend avec impatience les portraits d’autres élèves de la classe!

-Appréciation: Recommandé

-Nom du critique: Alexandra Weihoff

-Date: Mai 2015

-Thèmes: Adolescence, homosexualité, harcèlement, divorce, amitié, vie au collège

-Niveaux: 6ème / 5ème / 4ème

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Le dernier chant

9 mai 2015

Critique

-    Avis : A travers les yeux d’une jeune fille de quinze ans, un pan de l’histoire européenne encore peu abordé en littérature jeunesse : la persécution des Juifs séfarades par l’Inquisition et leur expulsion d’Espagne, qui prend un relief douloureux au regard des événements du XXe siècle et du contexte actuel. Un roman historique bien documenté où l’on découvre avec effroi la condition des Juifs espagnols, qu’il s’agisse des marranes – nom péjoratif particulièrement brutal puisqu’il signifie « porcs » – ou des conversos, nouvellement convertis à la religion catholique mais demeurés secrètement fidèles à la foi juive. Les origines juives de Tomas de Torquemada, Grand Inquisiteur et grand pourvoyeur de bûchers, pourront surprendre, mais sont bien réelles. On peut toutefois regretter des personnages un peu trop lisses, dont les aventures tiennent plus à la volonté de l’auteur de faire progresser l’histoire qu’à leur personnalité propre. Un roman qui se lit avec plus d’intérêt que d’émotion… mais un intérêt réel.

-    Appréciation : Recommandé

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mai 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Le lutin du cabinet noir

9 mai 2015

 

Critique

-    Avis : Une comédie totalement déjantée où se croisent une créature maléfique ne redoutant rien tant que le sucre en poudre, un hamster russe (donc slavophone) – en réalité agent secret du monde caché – et une poubelle justicière, détentrice de pouvoirs magiques, dont celui de cassouiller l’horrible petit monstre. Une loufoquerie assumée qui provoque quelques vrais éclats de rire… mais n’en fait peut-être pas une lecture prioritaire (sauf pour ceux qui souhaitent savoir ce que signifie « cassouiller »).

-    Appréciation : Pourquoi pas ?

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mai 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Saison rouge

3 mai 2015

 

A 17 ans, Kenza a des rêves plein la tête: quitter le Maroc et visiter le monde, vivre une histoire d’amour avec Nabil, le garçon dont elle est éprise. Son destin bascule le jour où quelqu’un surprend le couple en train de s’embrasser: la rumeur se répand dans la cité et arrive aux oreilles de sa famille. La honte s’abat alors sur la jeune fille et ses parents décident de la marier de force à Mouloud, un marocain vivant en France. Kenza est contrainte de quitter son pays et sa famille pour vivre avec un étranger dans un pays inconnu. C’est le début de la descente aux enfers…

Cette nouvelle raconte les rêves brisés d’une adolescente: ses premiers émois amoureux vont se transformer en véritable cauchemar et la mener, malgré elle, à vivre un violent déracinement et une solitude extrême. Jusqu’à cet espoir de reconquête d’une liberté perdue dans un pays qu’elle ne connait pas, l’espoir d’une vie nouvelle et choisie. Le récit du mariage forcé, bien que nécessaire car dénonçant des pratiques actuelles, pèche par la présence de certains lieux communs et par une chute qui n’en est pas vraiment une. Dommage!

Barbara Alhomme

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,