Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Recherche dans la rubrique '6ème-5ème'

Octobre, un crime

1 juin 2015

 

 

Critique

-    Avis : Un récit qui ne tient pas toutes ses promesses : après un début alléchant – une robe jaune, un mystère, une plongée dans l’Argentine de la fin des années cinquante – l’enquête suit une progression linéaire, sans à-coups ni véritables obstacles, Inès recevant très (trop !) facilement de l’aide. Le dénouement, nettement artificiel, est difficilement compréhensible. On aurait aimé un récit plus tendu, des enjeux plus forts, une héroïne plus bousculée, une restitution plus dense de l’histoire de l’Argentine.

-    Appréciation : Un petit « Pourquoi pas ? »

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : juin 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Bulles & Blues // Mots rumeurs, mots cutter // Rouge Tagada

18 mai 2015

Résumé: Ces trois tomes racontent les histoires croisées de différents élèves d’une classe de quatrième, des histoires que l’on ne soupçonne pas forcément lorsque l’on regarde la photo de classe prise en début d’année. 

Dans Bulles & Blues, l’on suit Chloé, qui a toujours été très proche de son demi-frère Soan malgré leurs différences. Soan est plutôt discret et bon élèvetandis que Chloé est la fofolle de la famille, qui ne brille pas par ses notes à l’école. Ils sont dans la même classe mais depuis quelques temps Soan est distant, cela fait beaucoup souffrir Chloé. D’autres choses l’attristent, comme les manigances dont elle est témoin au sein de sa classet, qui font souffrir d’autres personnes. Elle confie ces peines dans son journal, et cherche la force de faire changer les choses. Pas facile à treize ans, de bouleverser le monde dans lequel on vit, pour pouvoir aller mieux. 

Mots rumeurs, mots cutter, c’est l’histoire de Léa qui a la mauvaise idée de sortir avec Mattéo, le garçon sur lequel ??? a jeté son dévolu. A partir de ce moment là, les rumeurs se multiplient à son propos et les humiliations aussi: elles deviennent quotidiennes. Léa n’a plus le goût de rien, elle qui était si enjouée, elle se referme sur elle même et venir à l’école devient une torture. Comment s’en sortir depuis qu’elle est le bouc émissaire de la classe et que tout le monde lui tourne le dos? 

Rouge Tagada, raconte quant à lui, l’histoire d’amourtié qui se tisse entre Alex et la nouvelle Layla, la nouvelle arrivée dans le collège en début d’année. Petit à petit, elles deviennent les meilleures amies du monde: elles passent des après midi entiers à rigoler, à écouter de la musique, elles s’assoient toujours l’une à côté de l’autre en classe. Cela fait partie des amitiés qui éclipsent le reste du monde. Puis Layla rencontre un garçon et s’éloigne d’Alex. Lorsqu’un après midi Layla vient passer un après midi chez Alex, c’est pour l’aider à apprendre à embrasser. Alex est troublée…

 

 

Critique: 

 

-Avis: Ces trois romans graphiques abordent avec douceur, humour mais aussi profondeur des thématiques délicates et pourtant familières des adolescents: l’attirance pour une personne du même sexe, qui questionne ce que peuvent ressentir beaucoup d’adolescents à une époque de la vie où les amitiés sont vécues avec passion ; ressentir avec tristesse l’éloignement par rapport à une personne chère à un moment où les personnalités des uns et des autres se forgent et changent ; comment l’on peut se retrouver sans s’en rendre compte au centre des moqueries, détruit par des rumeurs. Si les sujets sont graves, ce n’est jamais triste: les adultes sont là, certains sont des personnes ressources (mention spéciale pour la documentaliste qui récupère Chloé en pleurs, qui lui raconte toute son histoire et s’empare du cas préoccupant de Chloé). Les volumes se terminent sur une pointe d’espoir. 

Et tout cela sans aucun ton moralisateur: les histoires sont bien menées, racontées par un narrateur extérieur qui ne juge pas et ont le très grand avantage de se croiser, et de multiplier les points de vue sur les différentes histoires et chacun des personnages est tour à tour spectateur, témoin ou acteur de l’histoire. 

Les illustrations à la fois douces et colorées donnent corps aux personnages à la fois très normaux et tout à fait hauts en couleurs et incarnent les histoires dans un quotidien dans lequel n’importe quel adolescent peut se reconnaître. 

On attend avec impatience les portraits d’autres élèves de la classe!

-Appréciation: Recommandé

-Nom du critique: Alexandra Weihoff

-Date: Mai 2015

-Thèmes: Adolescence, homosexualité, harcèlement, divorce, amitié, vie au collège

-Niveaux: 6ème / 5ème / 4ème

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

La vie de l’unique, l’étonnante, la spectaculaire, la miraculeuse Lara Schmitt. Mon duché déchu.

18 mai 2015

 

 

Critique

-    Avis : Une héroïque peu commune, cousine germaine et germanique de Fifi Brin d’Acier, pour une comédie pêchue et originale sur la séparation telle que vécue par une enfant. La narration tonique, bourrée d’humour et doublée d’illustrations à la façon d’un journal intime, nous fait entrer de plain-pied dans le monde de Lara : la Râlbanie, royaume façonné à l’image de la petite ronchonneuse (la boisson nationale y est d’ailleurs le râcao, avec recette à la clé) mais aussi le sentiment d’abandon, l’incompréhension et la souffrance qui pointent sous la colère de l’héroïne.

On sourit, on s’attache à Lara, on aimerait lui venir en aide, la consoler. On pourra toutefois regretter le choix de l’auteur consistant à condenser en fin de volume les enjeux majeurs qui sous-tendent le récit – la maladie de la mère, la séparation d’avec le père, l’amitié avec un jeune garçon dont le père est placé en détention – conduisant à une succession de révélations plus qu’à un véritablement traitement de ces problématiques (ce sera l’objet d’un second volume), d’où une impression de longueur dans l’exposition des personnages et du contexte. On saluera en revanche et sans réserve la qualité de la traduction, qui parvient à restituer brillamment l’univers foldingue et les nombreux jeux de mots du texte allemand.

-    Appréciation : Recommandé

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mai 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Le lutin du cabinet noir

9 mai 2015

 

Critique

-    Avis : Une comédie totalement déjantée où se croisent une créature maléfique ne redoutant rien tant que le sucre en poudre, un hamster russe (donc slavophone) – en réalité agent secret du monde caché – et une poubelle justicière, détentrice de pouvoirs magiques, dont celui de cassouiller l’horrible petit monstre. Une loufoquerie assumée qui provoque quelques vrais éclats de rire… mais n’en fait peut-être pas une lecture prioritaire (sauf pour ceux qui souhaitent savoir ce que signifie « cassouiller »).

-    Appréciation : Pourquoi pas ?

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mai 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Trois aventures de Jenny B

5 mars 2015

Jacqueline Wilson, Trois histoires de Jenny B.

 
Critique

-    Avis :

Réunis dans un seul volume, les trois tomes des aventures de Jenny Bell : La fabuleuse histoire de Jenny B, Un rôle en or pour Jenny B. et Nouveau défi pour Jenny B. Petite fille placée dans un orphelinat, ballotée de foyer en famille d’accueil, Jenny cache sa souffrance sur des allures de dure à cuire – elle ne pleure jamais, c’est juste son rhume des foins qui se manifeste – et s’accroche à l’espoir d’un retour à une vie normale : un jour, sa mère, qu’elle imagine grande star de cinéma trop sollicitée pour s’occuper de son enfant, reviendra la chercher, c’est certain !

En donnant la parole à Jenny elle-même, Jacqueline Wilson nous plonge d’emblée dans la psychologie de la fillette, bagarreuse et fragile. On s’attache immédiatement à la petite héroïne, en lutte avec un quotidien chaotique et tiraillée entre mère biologique et mère adoptive. Au fil de péripéties tantôt comiques, tantôt dramatiques, se dessine le lien complexe entre famille et affection, jusqu’au choix conscient et définitif de la fillette. On rit, on a le cœur serré, et parfois on sent quelque chose qui picote les yeux – sûrement le rhume des foins. Les très nombreuses illustrations ponctuent agréablement un texte dense, apportant un petit côté « bande-dessinée ». Un classique moderne de la littérature jeunesse.

-    Appréciation : Recommandé

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Les extravagantes aventures d’Eulalie de Potimaron. Tome 1, Te quiero, Espana !

4 mars 2015

Anne-Sophie Silvestre, Les extravagantes aventures d’Eulalie de Potimaron. Tome 1, Te quiero, Espana !

     

Critique

-    Avis :

Un cocktail réussi d’amour et d’aventure sur fond de roman historique : dès les premières pages, on plonge dans le Siècle d’or espagnol pour suivre Eulalie dans son enquête. L’aventure, sans temps mort, est menée tambour battant ; les dialogues font mouche, et l’on s’attache immédiatement aux personnages : l’intrépide Eulalie, le beau Philippe, flibustier à ses heures, et le perspicace abbé Dubois, homme de raison et de progrès sous sa soutane. S’ouvrant sur une piste fantastique, le récit exploite habilement la tension entre obscuratisme persistante et science naissante, mêlant intrigue policière et complots de cour.

Ceux qui connaissent déjà Eulalie, héroïne de la série Les folles aventures d’Eulalie de Potimaron, retrouveront avec joie la pétillante cavalière ; ceux qui ne la connaissent pas découvriront avec bonheur un magnifique portait de jeune fille, courageuse, intelligente, forte et amoureuse. Lorsqu’arrive la dernière ligne, on ne regrette qu’une chose : devoir attendre pour connaître la suite. Un vrai plaisir de lecture !

-    Appréciation : Coup de cœur

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : janvier 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

L’été de Léa

3 mars 2015

 

Critique

- Avis : Un très beau récit à deux voix. L’auteure a la bonne idée de faire parler les deux cousins de ce qu’ils ressentent cet été là. Hésitation, questions, drôle de sentiment, pas facile à 12 ans. Théo s’en ouvre à sa grand-mère. Mais, la sincérité de Théo la dérange. Alors comme c’est très souvent le cas chez les adultes, la grand-mère évite de répondre, détourne les questions et prend une décision autoritaire pour couper court à d’autres questions : Théo et Léa ne dormiront plus dans la même chambre. L’arrivée de Maxime va permettre à Théo et Léa de se regarder autrement. Chacun pouvant s’observer à travers ses relations à l’autre. Un roman tendre, doux et juste qui malgré tout évite de donner au lecteur une leçon de morale.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Voyage dans la lune avant 1900

3 mars 2015

 

 

Critique

- Avis : Cet album a été édité pour la première fois en 1892. Et comme j’ai la chance d’en posséder un exemplaire original, je me réjouis de la réédition qu’en ont fait les éditions Actes Sud Junior.  Une ouverture frontal de l’album, une mise en page séparant image et texte marquent avec honnêteté la volonté de ne pas imiter la première édition. La fin du XIX ème siècle a vu s’émanciper la littérature a destination des enfants. De nombreux albums ont été édités à cette époque mais malheureusement aujourd’hui il est très onéreux de se les procurer. Merci aux éditions Actes Sud Junior de permettre avec cette réédition un voyage dans le temps de la littérature de nos arrières arrières grands-parents. Pour les collectionneurs je ne résiste pas. Voici un site magique, celui d’une passionnée. Michèle Noret http://www.michelenoret.com/ . Allez à sa rencontre, dans son petit local parisien ouvert sur rendez-vous spécialement pour vous. Si vous retrouvez des albums de votre jeunesse vous pourrez aussi grâce à elle faire un plus grand voyage dans le passé.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Seul avec mon chien

2 mars 2015

 

Critique

- Avis : Un voyage initiatique où un petit garçon apprend à se débrouiller tout seul dans la nature. La compagnie de son chien l’aide à affronter l’inconnu du monde qu’il traverse. Un propos intéressant sur la dictature et la place de la désobéissance civique. L’histoire interroge le lecteur. Mais rapidement, l’auteur alourdit son propos en personnifiant la soif, la peur, la faim auxquels Miro est confronté dans son périple. Pourquoi ? Le lecteur est tout à fait capable de comprendre le sens du voyage que Miro a entrepris. Ce parti pris didactique neutralise l’imagination que peut s’accorder le lecteur. L’histoire n’offre plus pour lui le même intérêt. Dommage…

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Facile à trouver, facile à manquer

2 mars 2015

 

Critique

- Avis : Douze histoires comme douze nouvelles que l’on peut laisser de côté, reprendre, passer, relire. Qu’en reste-t-il en fin de compte ? Elles sont juste là le temps de les lire, juste pour s’interroger le temps que dure l’histoire. Après, on peut les oublier si on veut. Drôles d’histoires, drôle de livre…

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,