Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Recherche dans la rubrique 'Ecole des Loisirs'

Broadway Limited. 1, Un dîner avec Cary Grant

1 juin 2015

 

 

Critique

-    Avis : New York sous la neige, en musique et en technicolor ! A travers les yeux de Jocelyn, la pension Giboulée devient le point focal à partir duquel, à la manière d’un pop-up, se déploient une ville, des vies, un univers où foisonnent suspense et sentiment. Dans ce magnifique roman choral, porté par une écriture aussi luxuriante que gourmande, s’entremêlent une multiplicité de récits – la découverte de New-York, la recherche du père, de l’amant, de l’amour… Ici, tout prend relief, vit, respire, devient palpable : les personnages, le cœur de la cité, l’époque. Chaque page regorge d’humour et de trouvailles ; de l’association inédite de deux simples mots jaillit l’émotion. Sans rien masquer des aspects sombres de l’Amérique – la ségrégation raciale, le maccarthysme – Malika Ferdjoukh multiplie les clins d’œil : l’on croise de délicieuses débutantes nommées Grace Kelly et Sarah Vaughan, les chats de la maisonnée répondent aux noms de Mae West et Betty Grable… L’omniprésence des références musicales et cinématographiques offre une somptueuse plongée dans les années 40, ne gênant en rien le plaisir de lecture des néophytes. 600 pages d’éblouissement.

-    Appréciation : Coup de cœur

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : juin 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Octobre, un crime

1 juin 2015

 

 

Critique

-    Avis : Un récit qui ne tient pas toutes ses promesses : après un début alléchant – une robe jaune, un mystère, une plongée dans l’Argentine de la fin des années cinquante – l’enquête suit une progression linéaire, sans à-coups ni véritables obstacles, Inès recevant très (trop !) facilement de l’aide. Le dénouement, nettement artificiel, est difficilement compréhensible. On aurait aimé un récit plus tendu, des enjeux plus forts, une héroïne plus bousculée, une restitution plus dense de l’histoire de l’Argentine.

-    Appréciation : Un petit « Pourquoi pas ? »

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : juin 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Vingt et une heures

15 mai 2015

 

Critique
 

-    Avis : Un roman initiatique sur l’adolescence, où une jeune fille, livrée à elle-même et confrontée au danger, va grandir. Au-delà de l’événement – la noyade qui menace Emilien – l’auteur concentre son récit sur l’intime, faisant la part belle aux pensées et émotions de Pauline. On sent toutefois plus l’auteur que l’héroïne dans cette introspection qui tend à distendre et aplanir le récit. L’alternance des temporalités sur une même journée – l’arrivée au bord de l’océan et l’accident – égare le lecteur, rend la lecture malaisée et casse le suspense. L’arrivée tardive et inexpliquée de la mère laisse au final l’impression quelque peu frustrante d’un récit incomplet, qui fuit le lecteur.

-    Recommandation : Pourquoi pas ?

-    Date : mai 2015

-    Nom du critique : Séverine Billot

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

IM@mie

9 mai 2015

 

Sam est un adolescent parisien accro à son téléphone, à son ordinateur, bref, aux nouvelles technologies. Ses parents décident de l’envoyer vivre une année chez sa grand-mère afin de le libérer de cette emprise et de passer son bac de français dans de bonnes conditions. D’abord réticente, Martha, la grand-mère, accepte le challenge. A Nice, Sam va donc peu à peu se remettre à jouer du piano, à lire, va apprendre à cuisiner et à vivre sans le monde virtuel auquel il était habitué. Martha, quant à elle, trouve le moyen de rompre sa solitude avec la présence de son petit-fils et en découvrant en cachette les joies de l’Internet. De nouveaux défis s’offrent à ces deux générations qui cohabitent ensemble.

Le dernier livre de Susie Morgenstern est plaisant à lire sans toutefois parvenir à trouver le ton juste. Les relations intergénérationnelles sont dépeintes avec humour et tendresse mais le propos reste quelque peu caricatural quant à l’inversion des rôles qui a lieu tout au long du roman. Le lecteur reste sur sa faim…

Barbara Alhomme

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,

Le dernier chant

9 mai 2015

Critique

-    Avis : A travers les yeux d’une jeune fille de quinze ans, un pan de l’histoire européenne encore peu abordé en littérature jeunesse : la persécution des Juifs séfarades par l’Inquisition et leur expulsion d’Espagne, qui prend un relief douloureux au regard des événements du XXe siècle et du contexte actuel. Un roman historique bien documenté où l’on découvre avec effroi la condition des Juifs espagnols, qu’il s’agisse des marranes – nom péjoratif particulièrement brutal puisqu’il signifie « porcs » – ou des conversos, nouvellement convertis à la religion catholique mais demeurés secrètement fidèles à la foi juive. Les origines juives de Tomas de Torquemada, Grand Inquisiteur et grand pourvoyeur de bûchers, pourront surprendre, mais sont bien réelles. On peut toutefois regretter des personnages un peu trop lisses, dont les aventures tiennent plus à la volonté de l’auteur de faire progresser l’histoire qu’à leur personnalité propre. Un roman qui se lit avec plus d’intérêt que d’émotion… mais un intérêt réel.

-    Appréciation : Recommandé

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mai 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Le lutin du cabinet noir

9 mai 2015

 

Critique

-    Avis : Une comédie totalement déjantée où se croisent une créature maléfique ne redoutant rien tant que le sucre en poudre, un hamster russe (donc slavophone) – en réalité agent secret du monde caché – et une poubelle justicière, détentrice de pouvoirs magiques, dont celui de cassouiller l’horrible petit monstre. Une loufoquerie assumée qui provoque quelques vrais éclats de rire… mais n’en fait peut-être pas une lecture prioritaire (sauf pour ceux qui souhaitent savoir ce que signifie « cassouiller »).

-    Appréciation : Pourquoi pas ?

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mai 2015

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Broken Soup

5 mars 2015

 Jenny valentine, Broken Soup.

 

Critique

-    Avis :

Un roman fort et sensible sur le deuil et la résilience, au point d’entrée particulièrement original. Ou comment, à partir d’une photographie, se reconstitue la figure du frère disparu et avec elle, se dessinent de nouveaux possibles. Et comment une jeune fille, devenue adulte trop tôt, parviendra, par la découverte de l’amour et la force de l’amitié, à retrouver son adolescence.

Sous la plume de Jenny Valentine, les gens normaux deviennent exceptionnels : Rowan, si forte et si courageuse face aux adultes démissionnaires, Harper, le mentor amoureux et nomade, Bee, la mystérieuse amie dont le secret sera le catalyseur de la reconstruction, ou Stroma, la petite sœur à la conscience aiguë des événements… Le dénouement, miracle de l’ordinaire, totalement inattendu et pourtant parfaitement naturel, est un vrai rayon de soleil. Ne pas se laisser arrêter par le titre (déroutant), ni la couverture (tout aussi déconcertante) !

-    Appréciation : Recommandé

-    Nom du critique : Séverine Billot

-    Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

La soupe américaine

21 janvier 2015

 

 

C’est un roman assez inclassable. Entre vie de famille, maladie des grands -parents, relation frères-soeurs, et témoignage sur la résistance, la guerre civile et les camps d’internement dans la Grèce des années 1945…

Dans cette macédoine littéraire (excusez, le jeu de mots est facile), beaucoup d’humour et de tendresse permettent de lier le tout. C’est un récit à deux voix. Manon, 13 ans et son frère Johnny, la vingtaine, se partagent les chapitres. On avance vers l’inéluctable disparition d’une génération, des témoins d’une époque, la maladie guette l’aïeul. Mais le voyage sur la terre natale du grand-père permet à toute la famille de comprendre ses obsessions et sa douleur de n’avoir jamais su le destin de son propre frère, compagnon de résistance jusqu’à sa disparition.

Deuxième publication d’Anaïs Sautier, ce roman foutraque, à la fois grave, généreux et tendre réconforte car la transmission entre les générations a bien lieu.

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , , ,

Comme un feu furieux

21 janvier 2015

 

Galya est une jeune fille qui s’ennuie dans sa petite ville de Sibérie et qui rêve d’aventures et d’ailleurs lointains. En effet, tout semble comme éteint dans Tiksi, cité fantomatique. La crise économique est passée par là. Le blanc à perte de vue, le mutisme de Gavriil, le frère ainé, et la mélancolie du père donne à l'héroïne l'envie de s’échapper de sa condition. Seul son jeune frère Lazar brise cette loi du silence, imposée depuis la mort tragique de la mère, en questionnant sans cesse le monde qui l’entoure. La vie elle-même semble paralysée, jusqu’à l’arrivée du brise-glace qui va révéler les personnages à eux-mêmes...

 

Ce roman tout en finesse, écrit à la première personne à la manière d’un récit de vie intime, dépeint une jeune fille rêveuse qui ne se satisfait pas de sa vie et qui n’accepte pas la tristesse de sa famille. L’irruption de la vie extérieure, personnifiée par le brise-glace, va non seulement dévoiler les circonstances tragiques de la mort de la mère de Galya mais va également briser le silence et libérer la parole, premier pas décisif vers l’acceptation et le deuil.

Comme un feu furieux est un roman qui décrit avec tendresse et rage les rapports familiaux, qui crie l'envie de vivre malgré la douleur de la perte et qui s'achève sur la promesse d'une vie meilleure.

Barbara Alhomme

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Troie, la guerre toujours recommencée

7 janvier 2015

 

Critique

- Avis : Le médium de la bande dessinée est très bien adapté au récit de la guerre de Troie, d’après L’Iliade d’Homère: les images permettent de situer les personnages et l’action dans un référentiel spatial, temporel et narratif par ailleurs très complexe. C’est un ouvrage très bien adapté aux élèves de collège qui, à la lecture de ce petit document, peuvent se faire une idée d’ensemble d’un classique de la littérature. Toujours dans un esprit didactique, l’histoire est enrichie de cartes, d’un glossaire et d’un index. Les illustrations, adaptées aux plus jeunes, sont cependant très réalistes et ne passent pas sous silence la violence de la guerre narrée dans le récit homérique. Le texte, entre narration et dialogue, utilise un vocabulaire simple mais un vocabulaire élaboré, conservant l’esprit exigeant du texte d’Homère tout en le mettant à la portée des jeunes lecteurs. Cette adaptation convient à la fois aux lecteurs plus faibles, aidés par les images mais aussi aux bons lecteurs. Cette nouvelle édition en 2014, d’un ouvrage édité en 2012 s’explique surtout par un changement de format. L’édition de 2012 étant assez grande, et peu pratique à transporter. L’édition de 2014 adopte un format de poche, idéale pour les cartables. 

Une réussite toute en sobriété et en intelligence.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

- Date : janvier 2015

-Thèmes : épopée, aventure, récit de guerre, mythologie

-Niveaux : Collège

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,