Logo CRDP de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du CRDP de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse pour collégiens vous propose ses critiques

Comité de Lecture Jeunesse du CRDP de Paris header image 4

Recherche dans la rubrique 'Auteurs F à J'

Anka

3 novembre 2012

 

Critique

- Avis : Une entrée fracassante dans un roman bouleversant. C’est une habitude chez Guillaume Guéraud. Son style est direct et percutant. Les situations vécues comme les réactions de ses personnages sont violentes et inattendues. Tout le roman est à fleur de peau donc à fleur de mots. Marco traîne les pieds pour aller au collège. L’école c’est pas qu’il n’aime pas c’est qu’il ne croit pas que ça le mènera à grand chose, il doute de son avenir et encore plus de qui il est au présent. Alors il va se jeter corps et âme dans l’histoire de cette madame Fontan. Elle s’appelle Anka et a épousé son père il y a dix ans pour avoir des papiers. Un mariage blanc et pour elle des papiers, pour son père mille cinq cents euros. Par petites touches l’auteur nous glisse quelques lignes de l’histoire d’Anka. Ces pages écrites en italique ponctuent la quête de Marco. Anka  rejetée, humiliée, retrouvée morte de tuberculose sur le banc d’un square. Plus Marco entre dans la vie d’Anka et plus la tension monte. Sa réaction sera implacable et irréversible envers ceux qui lui ont fait du mal. Comme s’il voulait racheter l’indifférence de son père, l’indifférence de la terre entière.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : novembre 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Le voyage immobile

3 novembre 2012

 

Critique

- Avis : Anna est désemparée. Sa vie n’est pas ce qu’elle souhaite, toujours les mêmes lieux, jamais d’imprévu. Mais aujourd’hui, après son accident si elle ressasse les mêmes regrets elle a enfin trouvé une raison de se battre, et d’espérer. Ses chances sont minces elle le sait mais elle a du courage et de la ténacité. C’est tout une nuit de courage que l’auteur raconte dans cette nouvelle. Une nuit de souffrance par le geste inlassablement répété. On y croit on y est on espère qu’Anna tiendra bon. Comme beaucoup de nouvelles de cette collection le texte est fort, poignant,  grâce à des mots choisis et un style déterminé. Une nouvelle sur le combat obligé de la rééducation, l’espoir fou d’un vie comme avant. Une vie mieux qu’avant parce que la souffrance fait prendre conscience à Anna ce qu’elle espère de sa vie. Une nouvelle bouleversante et cruelle mais sérieusement optimiste. 

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : novembre 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Réponds correctement

1 novembre 2012

 

Critique

- Avis : Un texte publié dans les années 1970 qui reste très daté par les illustrations au crayon pastel de  László Réber. Cependant dans cette nouvelle publication (trois album édités par la joie de Lire) le vocabulaire a été réactualisé pour les enfants d’aujourd’hui par la traductrice Joëlle Dufeuilly. Elle a gardé avec beaucoup de justesse la verve subversive de l’auteure. En effet,  à travers son jeune héros, Eva Janikovzky interpelle les adultes. Adultes qui non seulement s’agacent des questions simples des enfants pourquoi-ci, comment-ça, et si j’aurais…  mais en plus attendent des enfants, des réponses précises à des questions impossibles. Un album impertinent  qui interroge sur les relations enfants-adultes. Les autres titres disponibles : « La chance que j’ai » et « Incroyable mais vrai »

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : novembre 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Le temps des mots à voix basse, suivi de « du mal à une mouche »

3 septembre 2012

 

Critique

- Avis : Il n’a jamais revu Oskar mais aujourd’hui il se souvient. Tout a commencé quand les adultes ont parlé à voix basse. Dans cette petite ville d’Allemagne les juifs sont d’abord mis à l’écart, puis arrêtés pour être déplacés puis exterminés.  Il ne comprend pas ce qui se passe, pourquoi Oskar est-il tout à coup mis à l’écart ? Qu’a-t-il fait ? Rien il le sait puisqu’ils sont toujours ensemble. Ce texte émouvant et grave retrace avec force et sensibilité le regard que portent deux enfants sur le monde cruel et barbare de cette époque.
Un texte moins douloureux que le précédent mais tout aussi interrogateur. Après la mort, arrive le jugement dernier.  La dame écoute et se justifie rarement. Un comptable retrace dans  les moindres détails ses larcins, les commente, les juge. Dans ce texte à deux personnages l’auteure créé un déséquilibre de parole. Comme la dame, le lecteur se tait. Il s’interroge sur la succession des petits gestes anodins de la vie. Anodins, pas si sûr…
Publié en 2001 les éditions La Joie de lire ont réédité ce premier texte dans la collection Encrage en y ajoutant Du mal à une mouche. Un hommage clin d’oeil que la maison d’édition fait à l’auteure qui nous a quittés en 2010.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : juillet août 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

Docteur Parking

15 juin 2012

 

Critique

- Avis : Il y a les gens qui sont ce qu’ils sont, ceux qui font croire que, d’autres qui ne demandent rien à personne comme le docteur parking. Tout le monde s’est trompé sur son compte, il n’est pas médecin. Lui n’a jamais dit qu’il l’était. Le rencontrer, prendre avec lui une tasse de thé, rien n’était plus agréable jusqu’au jour où, la rumeur enfle, la suspicion grandit, la méfiance s’installe. Alors que s’est-il passé ? Rien que l’intolérance, l’hypocrisie dont le docteur parking fait les frais. Un roman plein d’humour et de drôleries qui permettra aux plus jeunes de réfléchir au phénomène de groupe qui les entraîne malgré eux  parfois à des conduites regrettables.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : juin 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Potirons et cornichons / Veau, vache cochon…

15 juin 2012

 

Critique

- Avis : Ces deux albums cartonnés donnent à voir et à deviner le monde qui nous entoure. Dans Veau, vache, cochon… enfin des animaux qui ressemblent à des animaux. Dans potirons et cornichons  la gourmandise est de retour avec des légumes qui ne demandent qu’à être croqués. Sans aucun texte, les superbes photographies pleine page  de Nicolette Humbert sont à la fois précises et  inattendues. Réalistes elles permettent aux tout-petits de (re)connaître et nommer ce qu’ils voient. Mystérieuses quelquefois, elles invitent à la devinette du « qui se cache derrière »? Pour Potirons et cornichons gageons que si cela donne aux grand l’envie de retrouver le chemin du marché, les petits s’amuseront à reconnaître ce qu’ils ont dans leur assiette ! Avec son œil averti de photographe, Nicolette Humbert  redonne sa place aux choses simples, belles et bonnes.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : juin2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Jack

15 juin 2012

 

Critique

- Avis : Jack est tout simplement terrifié par la révélation de son père. Adolescent, elle ne l’aide pas à se construire. Sa réaction est une fuite, un moyen de  ne pas affronter la réalité. D’un frère ou d’une sœur il pourrait sans doute l’accepter mais d’un père. Comment a-t-il pu vivre avec sa mère, le concevoir lui ? Deviendra-t-il gay lui aussi un jour ? Le roman A.M.Homes raconte le cheminement de Jack vers son père. Un peu manichéen parfois mais jamais caricatural. Si chaque lecteur peut comme Jack à la fin du roman faire la part des choses, s’ouvrir l’esprit, regarder la différence comme une richesse, se méfier des jugements hâtifs, apprendre la tolérance, alors ce roman aura fait gagner à chacun un peu plus d’humanité.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2012

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Milton, quand j’étais petit

18 mai 2012

 

Critique

- Avis : Il ne faut surtout pas voir cet album comme une histoire nostalgique. Non, simplement Milton se souvient. C’est l’occasion de parler avec les tout-petits de l’avant. De commencer avec eux la construction du temps passé, celle des souvenirs. Et c’est vraiment étonnant de les voir découvrir des moments dont ils se souviennent avec précision parfois. Avec Milton ils pourront évoquer le jeu, la peur, la gourmandise, la paresse, l’obéissance, l’interdit. Le traitement de l’illustration est très fort et très simple. Il joue sur l’opposition du noir et du blanc. Le rouge s’invite à chaque page et provoque le souvenir : les bras, la voiture, le collier, la gamelle, le coussin… Un petit album pour grandir.

- Appréciation : coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Sous silence

8 mai 2012

 

Critique

- Avis : Ses parents, le psy, même au collège personne ne comprend pourquoi il ne dit rien, pourquoi il ne dort plus. Pourtant dans le récit de Patrick Goujon ce narrateur n’arrête pas de parler. Il doute, il s’interroge. Toutes les paroles en l’air qu’il a dites, les actes gratuits qu’il a pu faire sans s’imaginer qu’un jour il les regretterait. Tout ce qu’on peut dire ou faire n’est pas toujours sans  conséquences. Un récit interrogateur qui trouve naturellement sa place dans la collection d’une seule voix.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Paris inch’Allah !

11 avril 2012

 

Critique

- Avis : Dans le roman de Kamel Hajaji l’univers de Mohammed est insoutenable. Il doit nettoyer à fond le petit logement et jamais ne peut s’asseoir sur l’unique tabouret pour manger. Il dort dans le même lit que sa mère. On peut ici parler de maltraitance par ignorance. La mère de Mohammed travaille à domicile comme prostituée. Les hommes défilent chez elle, que Mohammed y soit ou pas. Depuis peu avec un nouveau compagnon, Mohammed est témoin de leurs rapports sexuels violents. Alors que Mohammed guette avec fébrilité la moindre miette d’affection de sa mère, celle-ci s’en débarrasse. Dans la rue Mohammed côtoie un autre enfer, la faim et la brutalité. Heureusement pour lui une éclaircie survient.  Mohammed court désespérément après l’affection de sa mère. Jamais il n’a envers elle aucun ressentiment, aucune rancœur. Et malgré les mauvais traitements, la souffrance et l’horreur il l’aime. Un roman fort et douloureux servit par une écriture réaliste et crue qui ne cache rien des scènes violentes qu’elle décrit.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : avril 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,