Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Recherche dans la rubrique 'Magnard'

Le dieu du carnage

3 mai 2015

 Résumé: Au square, Ferdinand frappe violemment son camarade Bruno avec un bâton. Les parents des deux jeunes garçons se rencontrent dans l’appartement du blessé. Ce qui ne devait être qu’une entrevue cordiale pour régler ce conflit à l’amiable tourne peu à peu au règlement de compte à OK Corral. D’abord, chaque couple commence par tirer à boulets rouge sur l’autre, avant de révéler tensions, rancoeurs et aigreurs à l’intérieur même des couples

 

Avis

 

Critique. Dans cette pièce de théâtre complètement loufoque, Yasmina Reza montre l’absurdité des codes sociaux, qui volent en éclat les un après les autres: d’abord, les parents tentent de trouver un discours commun de pardon, de tolérance et de bienveillance ce qui s’avère impossible. En effet, chacun est persuadé de sa supériorité sur le couple d’en face. Puis, au fur et à mesure les masques tombent et montrent qu’au sein même des couples, la rancoeur et l’incompréhension est partout. L’auteur évoque avec jubilation et férocité les paradoxes de la condition humaine: égoïsme et générosité, responsabilité et indifférence, politesse et brutalité, le futile et le grave. 

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

- Date : avril 2015

Thèmes : Condition humaine

Niveaux : 3ème / Lycée

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES:

Le roi n’a pas sommeil

20 avril 2015

 Résumé: Dans l’Amérique des grands espaces, Thomas Hogan grandit dans la propriété familiale, élevé par une mère aimante. Mais dans cette société du silence et des non-dits, Thomas se construit comme un homme taiseux, ombrageux, traumatisé par les circonstances de la mort de son père, conditionné par la violence de son entourage d’hommes saoûls, bagarreurs et joueurs.

Critique

- Avis : Dans un univers et un style d’écriture proche de celui de John Steinbeck, ce roman qui se focalise sur une famille, raconte plus largement une histoire universelle, celle des hommes qui sont toujours sur le fil entre le bien et le mal, et que la somme des actions d’une personne ne définit pas forcément son essence. A travers un style moderne, dense et dépouillé, Cécile Coulon nous livre une étude de moeurs sur une société où le silence gangrène les rapports, et où le paraître prend le dessus sur la vraie nature des choses. Cette édition destinée aux classes de troisième et de lycée comporte un appareil critique essentiel pour comprendre l’essence de l’oeuvre, ainsi qu’un groupement de textes sur la grandeur et la misère de la condition humaine et une bibliographie sur le thème. Un nouveau classique à proposer aux classes. 

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

- Date : avril 2015

Thèmes : · condition humaine / bien&mal / Amérique

 

Niveaux : 3ème / Lycée

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES:

Salam Ouessant

20 avril 2015

Résumé: Ce sont les premières vacances post-divorce d’un père avec ses deux filles Sofia et Zola. Ces dernières rêvent d’Algérie, de la terre des origines de leur père, de son soleil de plomb et des odeurs de fleur d’oranger dont leur grand-mère leur parle souvent. Mais c’est à Ouessant, île bretonne battue par les vents que leur père les emmène. Ce voyage est l’occasion pour ce père, de réfléchir à sa vie, à ses filles, à son divorce, à son pays.

 

 

Critique

- Avis : Ce court roman aborde des thèmes cruciaux de notre société actuelle avec pudeur, poésie et une grande justesse. Comment expliquer à ses enfants un couple qui se délite et un divorce inévitable, néanmoins objet de rancune et de rancoeur pour Sofia et Zola qui tiennent rigueur à leur père pour cette séparation? Comment expliquer que les vacances en Algérie seraient trop douloureuses pour ce père, car c’est le lieu des souvenirs douloureux de son enfance, de son père et de son frère décédés, de l’émigration. Choisir Ouessant par défaut pour échapper à l’Algérie et penser à ce voisin et camarade, originaire de cette belle île en mer, qui lui a fait croire en l’amitié des français, y rencontrer un loueur de cycle taiseux originaire de la même rue que lui à Alger, partageant avec lui une nostalgie du pays natal. 

La prose magnifique et pourtant particulièrement accessible d’Azouz Beggag trouve les mots pour donner corps à ces questions délicates, mettant en jeu les sentiments les plus profonds, ceux qu’on porte au lieu où l’on est né, au lieu où l’on a grandi, à nos géniteurs, à notre progéniture. Le texte, initialement publiée en 2012 chez Albin Michel est réédité chez Magnard en 2013 avec un appareil critique, et une édition destinée aux collèges et aux lycées professionnels car il convient aux programmes de troisième (récits d’enfance et d’adolescence) et de terminale professionnelle (Identité et diversité). A mettre entre toutes les mains!

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

- Date : avril 2015

Thèmes : divorce / relations père-filles / émigration / voyage

 

Niveaux : 3ème / Lycée

 
 

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: