Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Angélique boxe

15 octobre 2008

Auteur : Couaillet, Richard

Éditeur : Actes Sud Junior

Collection : Ado - Actes Sud Junior

Date de parution : septembre 2007

Nature : roman

Genre : psychologique, fait de société

Résumé : Dernière d’une grande famille Angélique étonne. Ses frères eux ont parcouru l’enfance dans le calme en travaillant à l’école. Angélique se bagarre, donne des coups comme la vie lui en donne. Son instituteur voudrait bien l’orienter, s’en débarrasser et que ce qu’il a prédit à sa mère arrive. Pour lui, instable et violente Angélique n’arrivera à rien. Mais grâce à la boxe, Angélique se bat et se relève. Pourtant un jour par vengeance, un garçon humilié il y a trois ans la retrouve. Battue à mort par toute la bande elle combat, elle encaisse. Après trois mois de convalescence et de soins Elle quitte la cité comme ses agresseurs le lui avaient ordonné. Elle n’a rien dit, juste déposé une plainte contre X pour la famille. Angélique espère que loin d’ici, sans connaître personne et sans être connu elle trouvera enfin sa place.

 

Critique :
- Avis : Le récit est construit comme une interview on ne le comprend qu’à la fin. S’enchaînent des chapitres où Angélique est la narratrice, elle raconte sa vie à la première personne. S’intercale alors les chapitres de celui qui écoute, qui essaie de comprendre et d’écrire cette vie racontée. Cet homme Angélique l’a rencontré là où elle est partie, ailleurs dans le supermarché où elle travaille à présent. Il est seul, comme elle. La boxe a donné à Angélique le don de connaître l’autre par le regard. Elle a compris qu’elle pouvait se confier, se libérer de son passé pour renaître. La violence du roman est souvent insoutenable. La famille unie se disperse. Il y a la mort de la mère en quelques semaines. La folie du père qui libère ses pigeons et termine lentement sa vie en hôpital psychiatrique. La violence de l’instituteur qui humilie. La violence du silence d’Angélique qui accepte les coups et l’ordre du départ. La violence de son agression comme une torture. Le style de l’auteur est remarquable. Les phrases s’enchaînent et dansent comme un boxeur sur le ring. Les mots sont choisis, parfois jeté comme des coups de poings. Une douleur à fleur de mots.

- Appréciation : Recommandé (Sélection 3ème/lycée Prix Tatoulu 2009)

- Nom du critique : Sophie Audouard
- Date : septembre 2008

Thèmes : ·

Niveaux : 3ème - seconde