Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Avaler tout cru

15 octobre 2008

Résumé : A dix huit ans, Joppe ne pense qu’à une chose. Vivre sa vie, se débrouiller seul, prendre un peu de distance avec sa famille. Prétextant un devoir et la grippe de son arrière-grand-père Tist, il n’accompagnera pas ses parents et sa sœur pour leur semaine de vacances en Espagne. Quelques visites, des courses et un peu de cuisine ce n’est pas grand-chose à côté d’une semaine de liberté. En plus, Joppe suit des études d’infirmier. Il pourra prodiguer quelques soins si nécessaire. Tout en préparant la manifestation contre la guerre en Irak avec ses camarades, Joppe est un bon garde malade. Pour Tist bientôt centenaire bougon au caractère de chien la guerre n’est pas une affaire de slogans pacifistes. Il l’a durement vécue dans sa chaire en 1917 et son dans âme en 1944. Peu à peu sa santé se détériore. Dans doute ne fêtera-t-il pas ses cent ans. Joppe fait appel à ses parents qui écourtent leurs vacances. Ensemble, ils vont partager les dernières semaines du vieil homme.

Critique :
- Avis :
Tist et Lex, le père de Joppe, s’évitent. Tist grand-père par alliance, Lex petit fils sans père. Arriveront-ils à parler de cette génération qui manque pour faire le lien entre eux ? Voilà la force du roman. Le non-dit, pas celui de la honte ou de la vengeance. Le non-dit de l’horreur, celui de la souffrance dont jamais on ne guérit. Ce non-dit, l’auteur le traite avec originalité, délicatesse et émotion. Chapitre après chapitre le lecteur est tenu en haleine. Le fil du récit se déroule en 2003. Tist n’en a plus pour longtemps il le sait. Il sait aussi que toutes les horreurs qu’il a vécues et qui le hantent encore ont fait de lui un homme dur incapable de rendre l’amour qu’on lui donne. En s’intercalant au récit du présent des chapitres du passé racontent la vie de Tist depuis l’hiver 1917. Ce roman, c’est bien plus que le secret du lien qui unit Tist et Lex. C’est quatre générations d’hommes, cent ans de vie où se mêlent la guerre, la douleur, la mort, un texte fort et dense. Ce n’est qu’une histoire dit l’auteur mais elle reste longtemps présente à l’esprit une fois le livre fermé.

- Appréciation :  Coup de coeur
- Nom du critique : Sophie Audouard
- Date :
avril 2007

Thèmes : · ,