Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Paris inch’Allah !

11 avril 2012

Auteur : Hajaji, Kamel

Éditeur : Sarbacane

Collection : Exprim'

Date de parution : mars 2012

Nature : roman

Genre : fait de société - sentimental

Résumé : Mohammed habite un quartier pauvre de Tunis avec sa mère. L'année de ses 10 ans elle le met à la porte. Elle ne peut plus s'en occuper d'autant qu'elle va avoir un bébé. Mohammed a beau la supplier rien n'y fait. Après avoir rempli un petit sac de quelques pains et vêtements, Mohammed se retrouve à la rue. Avec Amal il partage leurs maigres ressources de cireurs de chaussures. Un jour pourtant la chance lui sourit. Il entre comme domestique chez madame Beya. Mohammed se met à espérer. Revenir chez sa mère vêtu d'un beau costume. Sortir dans la rue à son bras et voir tous les regards se tourner vers eux. Son rêve va-t-il enfin pouvoir se réaliser ? Retrouver l'amour de sa mère...

 

Critique

- Avis : Dans le roman de Kamel Hajaji l’univers de Mohammed est insoutenable. Il doit nettoyer à fond le petit logement et jamais ne peut s’asseoir sur l’unique tabouret pour manger. Il dort dans le même lit que sa mère. On peut ici parler de maltraitance par ignorance. La mère de Mohammed travaille à domicile comme prostituée. Les hommes défilent chez elle, que Mohammed y soit ou pas. Depuis peu avec un nouveau compagnon, Mohammed est témoin de leurs rapports sexuels violents. Alors que Mohammed guette avec fébrilité la moindre miette d’affection de sa mère, celle-ci s’en débarrasse. Dans la rue Mohammed côtoie un autre enfer, la faim et la brutalité. Heureusement pour lui une éclaircie survient.  Mohammed court désespérément après l’affection de sa mère. Jamais il n’a envers elle aucun ressentiment, aucune rancœur. Et malgré les mauvais traitements, la souffrance et l’horreur il l’aime. Un roman fort et douloureux servit par une écriture réaliste et crue qui ne cache rien des scènes violentes qu’elle décrit.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : avril 2012

Thèmes : · , , , ,

Niveaux : 3ème / Lycée