Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Doberval 1, kamikaze

22 décembre 2008

Auteur : Nappez, Stéphane

Éditeur : petit à petit

Date de parution : septembre 2008

Nature : romans

Genre : aventure / fait de société

Résumé : Dans la galerie du centre commercial, Greg est arrivé ceinturé d’explosif. Il a déclanché le détonateur. Pourquoi ? C’est la question que tout le monde se pose à Doberval petite ville jusque là sans histoire. A commencé par Karim le meilleur ami de Greg. En une heure l’affaire a fait le tour du web Al Quaida frappe la France. Les journalistes aussi ont voulu savoir et ont commencé par forcer la maison de Karim. Son père, ouvrier sans histoire à l’usine du coin préfère éloigner son fils vu la tournure des événements. Aussi Karim se retrouve-t-il à la campagne chez Mortier un ami de son père. Mais pas si tranquille la campagne. Des chasseurs nostalgiques de l’Algérie française vont le prendre pour cible. Face à cette violence gratuite, Karim apprendra par Mortier l’histoire de sa famille, l’exile les harkis… tout ce que son père lui a toujours caché.

 

Critique

-Avis :






 

 

Il y a la violence dans la cité. Il y a Karim qui ne supporte plus l’humilité de son père, toujours à baisser la tête à dire oui au patron. C’est le prix de l’intégration. Un sujet qui n’est pas nouveau mais qu’il n’est pas inutile de traiter. L’originalité du roman est surprenante. L’auteur donne la parole à Greg une fois mort. C’est lui le narrateur. Le personnage de Mortier au départ secondaire va dévoiler peu à peu les souvenirs auxquels Karim n’a jamais eu accès. L’arrivée à Marseille de son père encore petit une photo en témoigne. En fait Mortier était l’ami de son grand père. Ensemble ils ont servi dans l’armée française, l’OAS, le FLN, les attentats… Mais aujourd’hui l’intégration n’est plus synonyme d’abandon de culture ou de religion.  Et depuis le 11 septembre 2001 la communauté musulmane est souvent soupçonnée de terrorisme. Pour tout cela le roman de Stéphane Nappez est intéressant. Le seul reproche que je ferai c’est le registre de langue utilisé par l’auteur. Assez médiocre voir désastreux il n’est pas à l’avantage de ce premier titre de la série Doberval (Doberval 2, Vent Divin ; Doberval 3, Skinheads)

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : décembre 2008

 

Thèmes : · , , , ,

Niveaux : 3ème-seconde