Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Les signatures du hasard

26 mars 2009

Auteur : Ben Kemoun, Hubert

Éditeur : Seuil jeunesse

Collection : karactère(s)

Date de parution : janvier 2009

Nature : romans

Genre : policier/thriller

Résumé : Résumé Annabelle croit au destin ou plutôt à ses signes. Elle aime se dire, si je croise une voiture bleue ma journée sera belle. S’il se décide à me faire un signe avant que le film ne commence je le choisirai… Un après midi, assise à la terrasse d’un café elle admire une jeune fille, transformée en sirène de bassin pour gagner quelques sous. Emerveillée par cette performance de statue humaine elle décide de suivre la jeune fille alors qu’elle rentre chez elle. Se sentant suivie, la jeune fille s’en prend à Annabelle et la frappe avec son sac avant de s’enfuir. Dans la bagarre elle perd son portefeuille. Annabelle le récupère et découvre qu’elle s’appelle Cybèle et a tout juste 10ans jour pour jour de plus qu’elle. A n’en pas douter, c’est un signe. Annabelle se rend au domicile de Cybèle pour lui rendre son bien. Mais Annabelle n’est pas la seule à s’intéresser à Cybèle. Charles Quahin Amoureux de Cybèle depuis le collège voudrait comprendre pourquoi elle ne l’a pas choisi lui. Enfin pourquoi comme toutes les autres filles qu’il a aimées elle l’a laissé tomber alors qu’il était prêt à tout lui donner comme à toutes les autres qui ont suivi.

 

Critique

- Avis : Chacun des personnages du roman sont tour à tour les narrateurs de cette histoire au gré des chapitres. Ecrit un peu comme une pièce de théâtre chacun se met en scène. Comme à son habitude Hubert Ben Kemoun débute son récit comme un histoire plutôt ordinaire. Puis peu à peu le suspens remplace la banalité des situations. Le garçon de café n’est autre qu’un dangereux psychopathe qui tue une à une ses anciennes maîtresses. Une fois son crime commis il va tout raconter à sa mère en portant un bouquet de fleurs sur sa tombe. Alors quand Annabelle s’intéresse à Cybèle le premier amour du tueur en série on comprend vite qu’un jour ou l’autre elle croisera sa route. Rien à dire sur la construction du récit, la tension monte petit à petit et la fin reste indécise jusqu’au bout. Par contre, le style manque parfois de force et de saveur. La langue écrite utilise trop souvent le registre parlé.

- Appréciation : recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2009

Thèmes : · ,

Niveaux : 4ème/3ème