Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Il se peut qu’on s’évade

27 décembre 2011

 

Critique

 

Avis : Enfant surdoué, le personnage de Cathy Ytak est devenu un adulte hors norme qui fait peur. A n’en pas douter, les photographies de Gérard Rondeau lui ont inspiré le personnage de Peter. Car il n’y a que les intimes d’un musée pour découvrir les œuvres d’art  emballées, décrochées ou posées à l’envers… inventive et sensible, Cathy Ytak écrit sur l’autisme. Si elle sait faire partager un sujet grave comme dans son roman « 50 minutes avec toi » ici le roman s’essouffle un peu et n’est pas tout à fait abouti, dommage.

Appréciation : Pourquoi pas ?

Nom du critique : Sophie Audouard

Date : Décembre 2011

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

L’art, de Caroline Larroche

22 juin 2010

Ce livre est un panoramique sur l’art pictural datant de l’antiquité à nos jours, sur son rôle et son évolution dans la société. Les différentes étapes et courants artistiques sont cités et référencés au travers d’artistes ou bien d’œuvres célébrissimes comme La Joconde, la Chapelle Sixtine. On peut entre autre citer : l’art pariental, la renaissance, l’impressionnisme et beaucoup d’autres mouvements. C’est aussi une incursion dans le monde parallèle des diverses techniques employées par les peintres au fil des siècles, des métiers inhérents à la peinture qui recouvrent : le modèle vivant , le critique d’art , le galeriste, le marchand de tableaux, le mécène, et bien d’autres .

Cet ouvrage débute par une frise découpée en 7 catégories récapitulatives, de la naissance de l’art jusqu’au questionnement que celui -ci pose. Ensuite, il est enrichi d’une introduction explicative qui invite à la réflexion . Il est savamment conçu. La lecture est aidée et facilité grâce à une présentation astucieuse sous forme de fiches colorées et chiffrées aux textes accessibles et instructifs qui évitent de tomber dans un écueil trop didactique. Ce livre foisonnant suscite l’émerveillement des yeux grâce à une iconographie riche et diversifiée, et il sollicite à bon escient la curiosité.

Annisabelle ODABACKIAN

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Pour l’amour d’Olivia

16 octobre 2008

Critique :
- Avis :
Surtout, ne pas se fier à l’illustration de 1ère de couverture assez mièvre de ce livre qui illustre assez mal la richesse et la profondeur psychologique de ce roman. Les difficultés d’insertion sociale des personnes handicapées mentales y sont traitées de manière sensible, touchante et positive, avec des procédés narratifs simples mais efficaces et une épaisseur psychologique des différents personnages qui le rendent plus abordable et donc plus fort peut-être qu’ Au clair de la Luna de Kochka, un autre roman de littérature jeunesse sur le handicap mental (l’autisme plus précisément) déjà réussi et remarqué il y a quelques années. Les difficultés rencontrées par ces deux jeunes adultes handicapés mentaux ainsi que leurs proches sont l’occasion de réfléchir à la place du handicap mental dans notre société: comment aimer et être aimé, vivre sa sexualité, avoir accès à une éducation, trouver du travail et un logement, fonder une famille, avoir droit à une reconnaissance de sa dignité humaine et de son talent ? Quel regard porte donc la société sur eux: les parents, les frères et soeurs, l’école, le monde du travail, les services de tutelle, les structures qui les accueillent, les familles d’accueil, les artistes ? L’illustration de couverture aurait pu représenter, par exemple, un des tableaux que le personnage d’Olivia peint dans le roman: un des portraits de Ben, notamment. A lire et à faire lire, à partir de la 4ème-3ème.
- Appréciation : Recommandé
- Nom du critique :
Rachel Lepesant
- Date :
octobre 2008

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,