Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Sur la piste du soldat inconnu

4 juillet 2014

Très belle maquette, mise en page soignée et iconographie riche  pour cet ouvrage hors catégorie sur la guerre de 1914-1918. Sophie Lamoureux  nous présente les questions et réponses de son enquête pour tenter de découvrir l’identité du soldat inconnu. Peut-il être allemand ? Sénégalais ? Breton ? pauvre ? paysan ? Est-il parti la fleur au fusil ? Etait-il marié ? Sa femme a-t-elle travaillé dans des usines d’armements ? Et s’il avait déserté ? Autant de questions qui permettent de brosser les principaux aspects de la première guerre mondiale  sans en avoir l’air… En fait si ! le côté artificiel de ces questions ressort malgré l’effort éditorial pour les différencier du cours classique. Bonne tentative à saluer tout de même, les documents d’archives sont en effet très bien sélectionnés et particulièrement mis en valeur

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,

Comme des images

30 mars 2014

Critique

- Avis : En commençant l’histoire par la fin, en la déroulant sur une journée Clémentine Beauvais donne à son récit un véritable suspens. Il faut que Léo tienne bon. Qu’elle affronte les sarcasmes, les insultes, les non-dits de tous ceux qu’elle va croiser tout au long de cette journée. C’est à ce prix qu’elle retrouvera sa dignité. Parce que dans ce lycée prestigieux on ne plaisante pas avec ces choses là. Ici c’est le travail avant tout. Une journée pour régler cette regrettable affaire c’est bien suffisant. L’important c’est de penser à l’avenir et à la première S de l’an prochain. Clémentine Beauvais dresse un portrait redoutable des adolescents des beaux quartiers. Ils seront tous avocats, chirurgiens ou chefs d’entreprise puisque dans la famille il en a toujours été ainsi. Bien que Léo reconnaisse s’être elle-même filmée, cette vidéo n’était pas sensée se retrouver sur Youtube ou Facebook. Une fois de plus les réseaux sociaux sont mis en cause. Quelle part d’intimité peut-on y dévoiler ? Que faire en cas de violation délibérée de son intimité ? Comment Léo va-t-elle s’en sortir ?Jusqu’à la fin le lecteur croit le savoir. Pourtant il se trompe, l’auteure a choisi de brouiller les pistes pour le surprendre. Un roman qui met en scène des adolescents déshumanisés par leur milieu social. Un regard sur la vie qui changera peut-être les idées reçues. Même s’il est certainement plus facile d’accéder à une place dans la société venant d’un tel milieu, les difficultés, existent à d’autres niveaux.

- Appréciation : recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

Double jeu

30 mars 2014

Critique

- Avis : En entrant à Clemenceau Quentin est tiraillé entre deux mondes. Celui de Saint Ex d’où il vient ses copains, les passe-temps pas toujours réglo, les barres HLM, mais peu importe parce que ça, il connaît. Quand il arrive dans ce nouvel univers, il sent bien qu’il n’est pas à sa place. Il doit s’acclimater aux lieux, aux gens. Il doit avoir la bonne démarche, il doit sans cesse se contrôler pour ne pas se faire remarquer. Jean-Philippe Blondel fait de son personnage principal un garçon attachant qui doute mais réfléchit. Quentin est perdu dans cet établissement où les codes sociaux sont bien différents de ceux qu’il connaît. Sa rencontre avec sa prof de français, La Fernandez comme tout le monde l’appelle, est déterminante . Un autre personnage dont Jean-Philippe Blondel une fois encore tire un portrait juste et détaillé. Alors que Quentin ne sait plus où il en est, qu’il manque de confiance en lui, qu’il doit faire face à la différence sociale et culturelle, qu’il découvre le théâtre, qu’il veut s’en sortir tout en étant attaché à son quartier, La Fernandez est là. Elle l’écoute, lui fait confiance, le guide dans son questionnement. En lui donnant le rôle de Tom dans la ménagerie de verre de Tennessee Williams cette prof de français lui fait jouer son propre rôle. Quentin va entrer dans la peau de Tom. Il va le comprendre. Il va le vivre. En portant ce personnage, Quentin va donner une chance à son avenir. En trois actes, comme une pièce de théâtre, l’auteur aborde ce thème de l’adolescence avec justesse et tendresse. Un roman plein d’espoir qui montre que les choses peuvent changer si on le veut vraiment. A chacun de saisir sa chance ! 

 - Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Paris inch’Allah !

11 avril 2012

 

Critique

- Avis : Dans le roman de Kamel Hajaji l’univers de Mohammed est insoutenable. Il doit nettoyer à fond le petit logement et jamais ne peut s’asseoir sur l’unique tabouret pour manger. Il dort dans le même lit que sa mère. On peut ici parler de maltraitance par ignorance. La mère de Mohammed travaille à domicile comme prostituée. Les hommes défilent chez elle, que Mohammed y soit ou pas. Depuis peu avec un nouveau compagnon, Mohammed est témoin de leurs rapports sexuels violents. Alors que Mohammed guette avec fébrilité la moindre miette d’affection de sa mère, celle-ci s’en débarrasse. Dans la rue Mohammed côtoie un autre enfer, la faim et la brutalité. Heureusement pour lui une éclaircie survient.  Mohammed court désespérément après l’affection de sa mère. Jamais il n’a envers elle aucun ressentiment, aucune rancœur. Et malgré les mauvais traitements, la souffrance et l’horreur il l’aime. Un roman fort et douloureux servit par une écriture réaliste et crue qui ne cache rien des scènes violentes qu’elle décrit.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : avril 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,

Faim de vie

6 mars 2012

 

Critique

- Avis : Malaise, mal-être, l’adolescence est une période parfois difficile à traverser. Dans le roman de Marie-Florence Ehret Vanessa et Elise la traversent avec difficultés mais pour des raisons différentes. La révolte de Mai 68 en est pour chacune le révélateur. Elise rejette les valeurs du milieu « petit bourgeois » que ses parents défendent alors elle se fait vomir. Vanessa découvre que sa situation n’est pas une fatalité et décide de prendre en main cette fois son avenir. Leur rencontre est celle de deux milieux qui s’affrontent dans les rues. C’est sans doute la raison pour laquelle Marie-Florence Ehret traite les événements de 68 en pointillés. Ils ne sont là que pour provoquer les personnages et les faire réagir. Si au début Vanessa semble la plus forte et la plus à même d’aider Elise, elle passera aussi par des moments de doute. Ensemble elles vont réussir à dépasser les difficultés pour construire leur avenir. Un roman d’amitié soutenu par un éclairage objectif. Cependant un peu trop alourdi parfois par des citations philosophique ou littéraires.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,