Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Alabama Blues

8 février 2015

Résumé : Lou a du mal à trouver sa place: au collège il n’arrive pas à se faire d’amis et ses notes sont en chute libre, à la maison il à l’impression qu’il n’intéresse plus personne depuis le divorce de ses parents: sa maman est débordée depuis la naissance de ses deux demi-soeurs jumelles et son papa a une nouvelle petite copine. Même au judo, il a l’impression de se faire brutaliser. Mais la vie de Lou va changer quand il rencontre Dexter LaCie, un SDF virtuose du saxophone qui se révèle être un grand jazzman de la Nouvelle-Orléans, ainsi que le groupe des Chics Types qui vont lui donner le goût de la musique et lui donner un but dans la vie.


Critique

- Avis : Ce roman musical est mélodieux tant par son ton que par sa narration qui mêle avec humour, introspection, amourette, découverte de la musique mais aussi suspense. Mais la musique est également présente autrement: grâce aux QR codes disséminés tout au long du récit, et qui permettent d’écouter la musique dont il est question en le flashant à l’aide d’un smartphone ou d’une tablette. La frustration est alors résolue. Et pour les lecteurs non équipés peuvent tout de même écouter la bande originale du livre sur Internet. En effet, ce roman est avant tout le fruit de la rencontre entre Maryvonne Rippert et des musiciens qui lui ont inspiré cette histoire. Ce roman amène plusieurs personnages à la croisée des chemins pour les faire grandir: en plus du parcours initatique de la découverte de la musique pour Lou, le lecteur est amené à déambuler dans les rues de Lyon et grâce à Dexter on découvre celles de La Nouvelle Orléans, et les charmes de la musique touareg. Lou, qui ne trouve sa place nulle part trouve grâce à la musique une deuxième famille, qui lui permet de mieux accepter les failles de la sienne.

- Appréciation : recommandé

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

- Date : février 2015

Thèmes : adolescence, musique, jazz, blues, Lyon, Nouvelle-Orléans, relations parents-enfants, divorce,

Niveaux : 6ème-5ème

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , , , , , ,

Flora et Ulysse. Les lumineuses aventures.

7 janvier 2015

 

Critique

- Avis : Cette histoire est à la frontière entre le roman et la bande-dessinée. Si les illustrations très expressives de K.G. Campbell, illustrent des moments-clés de l’histoire et peuvent constituer une accroche pour les faibles lecteurs, elles peuvent également orienter la façon dont on appréhende l’histoire, dont on imagine les personnages. Cette histoire rocambolesque et atypique révèle aussi la profondeur des sentiments d’une petite fille qui se définit elle-même comme une cynique, en réaction à la profusion de sentiments déversés dans les romans écrits par sa mère. C’est une histoire d’aventures, mais aussi de reconnaissance de ses propres sentiments, du divorce de ses parents, dont Flora et le lecteur en sortent grandis. Il y a également beaucoup d’humour dans cette fable héroï-comique, où les aventures d’une petite fille et de son écureuil sont racontées et vécues comme la plus risquée des histoires, comme le plus noble et le plus risqué des combats contre le mal absolu. Kate Di Camillo joue sur les codes des comics et du roman d’aventure pour faire sourire et émouvoir

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

- Date : janvier 2015

- Thèmes : Aventures, humour

- Niveaux : CM2-6ème-5ème

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,

X-Ray, la crise

18 décembre 2014

 

Critique

- Avis : Comme pour beaucoup de ses romans, Christophe Léon déploie sa trame favorite. Une histoire portée par différents protagonistes. Ils ne se connaissent pas. Chacun raconte l’histoire selon ses émotions et son ressenti. Finalement ils vont finir par se rencontrer. Destins croisés sur fond de crise. A chacun la sienne d’ailleurs, les parents subissent le chômage et l’emploi précaire qui secouent leur couple. Les enfants grandissent dans cet atmosphère pesante du stress permanent et de l’humiliation. Jeunes ils s’échappent dans la virtualité des jeux vidéo. Adolescents ils s’évadent dans des pratiques dangereuses pour échapper à un avenir qui leur fait peur. Christophe Léon dresse un portrait sociétal aussi triste que plombant. Ne sachant sans doute pas comment donner un peu d’air et de lumière à son roman il en élude la fin. Ou alors laisse-t-il la liberté au lecteur de choisir ?

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : décembre 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Chacun sa cabane

27 mars 2013

 

Critique

- Avis : Une fugue c’est souvent une réponse à un sentiment de mal être, d’incompréhension ou de désespoir. Clément n’a pas souhaité le divorce de ses parents. Ils les aiment autant qu’avant. Il a besoin des deux comme avant. Il ne supporte plus cette nouvelle vie. Accaparé par l’un et l’autre en parts égales : la moitié des vacances et un week-end sur deux. Il ne veut plus être l’objet de leurs disputes, de leur chantage. Comment le leur faire comprendre ? Son grand-père un homme sévère mais sage et juste va  tenter d’apaiser sa colère. L’auteur traite à la fois  avec beaucoup de force et de pudeur cette relation entre Clément et son grand-père. Clément écoute cet homme qu’il ne connaît pas. Il lui fait confiance parce qu’en retour le grand-père l’écoute et lui fait confiance. Un roman émouvant et juste à mettre entre  les mains de tous les  parents…

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie audouard

- Date : mars 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Tu as toujours aimé Bob Marley

20 mars 2013

 

Critique

- Avis : Voilà quinze ans que la mère de Blanche vit avec ce secret. Aujourd’hui elle n’en peut plus. Elle a quitté son mari et son travail de parfumeuse aux Galeries Lafayettes pour écrire. Ecrire c’est raconter, accepter, et espérer que les mots lui rendront la parole. Blanche subit le silence de sa mère tout comme son père. Pourtant lui il sait. Un roman sur la colère, l’incompréhension, le silence, le secret. Un roman sur la famille qui bascule faute d’avoir partagé ce deuil. Sans pour autant affirmer que toute vérité est bonne à dire, l’auteur donne un sens à la parole qu’il oppose au secret, au non-dit. Émouvante, cette nouvelle est pleine d’espoir.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie audouard

- Date : mars 2013

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Jack

15 juin 2012

 

Critique

- Avis : Jack est tout simplement terrifié par la révélation de son père. Adolescent, elle ne l’aide pas à se construire. Sa réaction est une fuite, un moyen de  ne pas affronter la réalité. D’un frère ou d’une sœur il pourrait sans doute l’accepter mais d’un père. Comment a-t-il pu vivre avec sa mère, le concevoir lui ? Deviendra-t-il gay lui aussi un jour ? Le roman A.M.Homes raconte le cheminement de Jack vers son père. Un peu manichéen parfois mais jamais caricatural. Si chaque lecteur peut comme Jack à la fin du roman faire la part des choses, s’ouvrir l’esprit, regarder la différence comme une richesse, se méfier des jugements hâtifs, apprendre la tolérance, alors ce roman aura fait gagner à chacun un peu plus d’humanité.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2012

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Quelque chose de merveilleux et d’effrayant

23 avril 2012

 

Critique

- Avis : Il n’est pas facile de se procurer la clé pour entrer dans le texte d’Eric Pessan. Le récit semble se construire sur plusieurs niveaux. Il est d’ailleurs intéressant de les confronter. Le narrateur, héros de cette histoire est à l’âge où l’on quitte l’enfance. L’enfance, pays de la magie où tout semble possible et rien n’est surprenant. Sa vie aujourd’hui est moins drôle. L’absence de son père lui pèse, comme sa mère la solitude. Il sait qu’il ne sera plus surpris pourtant il espère toujours. Comme pour garder un coin d’enfance il guette la magie qui ne vient plus. Peu à peu il entre douloureusement dans l’adolescence. L’espoir l’abandonne, il veut en finir. Finalement il réussira avec sa mère à accepter la réalité de sa nouvelle vie. Merveilleux ou effrayant, la vie est un mélange des deux. Un texte difficile parce il dérange les habitudes mais par lequel il est intéressant de passer.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : avril 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: ·

Les maux du coeur

6 mars 2012

 

Critique

- Avis : Il n’y a pas de petits ou de grands mensonges. Il y a les mensonges qui rassurent, les mensonges qui font mal. C’est justement pour éviter les maux du cœur que le héros est souvent amené à mentir. Au début les mensonges sont drôles et légers. Puis, la première fois qu’il est amoureux, tout devient grave, les mensonges sont moins doux. Ce sentiment lui fait comprendre la valeur de la sincérité, essentielle pour construire une relation durable. Pourquoi l’auteur a-t-elle choisi cette écriture faussement maladroite et cette syntaxe bancale pour s’adresser à ses lecteurs ? Il faut lui poser la question. Malgré cela, c’est un roman qui décrit avec beaucoup de tendresse le sortir de l’enfance et la découverte du sentiment amoureux.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,

Arno et le Voleur de Coeur

22 janvier 2012

 

Critique

- Avis : Le choix de la garde des enfants est-il une vraie question que se pose les parents ? Quel effet peut avoir la garde alternée sur les enfants? Les parents ont-ils toujours le courage d’expliquer pourquoi ils se séparent ? De vraies questions dans une séparation. C’est ainsi que l’auteur met en scène l’histoire d’Arno. S’adressant à un public de jeunes lecteurs, l’auteur a fait le choix de dédramatiser la situation en introduisant l’enquête du voleur de cœur. Pourquoi pas ? Il insiste aussi sur les réflexions d’Arno. Ecrit à la 3ème personne,  le texte se met en italique pour faire ressortir les réflexions d’Arno. N’aurait-il pas été plus simple de l’écrire à la première personne directement. Ce changement de police perturbe un peu la lecture.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : janvier 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Je sais que je ne suis pas seul

18 décembre 2009

 

Critique

- Avis : Un adolescent perdu dans un conflit familial. Ses parents ne se parlent plus alors Romain en profite pour raconter à chacun ce qu’il a envie d’entendre. Un adolescent malheureux qui peut vite déraper en s’accrochant à des copains peu recommandables mais qui ont le mérite de l’écouter. Si parfois les histoires inventées par Romains font perdre le fil de l’histoire, l’auteur aborde dans son roman une situation que vit de nombreux jeunes aujourd’hui. A mettre dans les mains de tous les parents.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : décembre 2009

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,