Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





20 pieds sous terre

26 octobre 2014

 

Critique

- Avis : L’habilité de ce thriller, c’est que c’est aussi pleinement un roman. Et vice-versa. Charlotte Erlih décrit avec justesse comment on appréhende la mort d’un être cher à dix-sept ans, et comment l’on peut faire son deuil. C’est pour comprendre cette mort incompréhensible que Manon se lance dans à corps perdu dans une enquête. C’est parce qu’elle refuse de croire à cette mort qui n’aurait pas de raison qu’elle entreprend ce travail de détective. 

Au fur et à mesure, elle découvre la vie de son frère, et permet à l’auteur d’aborder de façon fine des sujets importants. L’on pénètre à travers les yeux d’une néophyte dans l’univers sombre et codifié des graffeurs, du métro parisien la nuit, de l’homosexualité aussI On est bien 20 pieds sous terre, au propre comme au figuré, puisque Manon côtoie non seulement l’envers du décor souterrain mais aussi la bassesse de certains comportements. Manon apprend des choses sur son frère mais sur elle même, également: elle sort de sa réserve, affronte ses peurs et ce parcours semé d’embûches est également le chemin vers l’âge adulte et bien sûr vers le deuil. 

En ce qui concerne le thriller à proprement parler, le suspense est bien mené et on est facilement happé par les investigations de Manon, guidées par son instinct et le fil de ses pensées. Le choix du narrateur interne évite au lecteur d’être trop en surplomb et d’anticiper les étapes du raisonnement de la jeune fille. Certains moments sont très intenses, et les descriptions de ce qu’il se passe dans la tête et dans le corps de Manon nous font pleinement pénétrer les scènes: le processus d’identification marche pleinement. 

Un très bon roman-thriller, dès 14 ans. 

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

 

- Date : octobre 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , , ,

Des couleurs dans la nuit

23 avril 2012

 

Critique

- Avis : Quand on est petit la nuit, l’imagination s’emballe,  tout prend des proportions démesurées. Le suspens du récit monte graduellement comme la peur du petit frère. Il retombe quand il s’aperçoit que c’est son grand frère qui rentre. Mais d’où vient-il avec son sac à dos rempli ? Et si Mut était sorti pour voler ? Pour lui prouver qu’il n’est pas ce qu’il croit Mut entraîne son petit frère d’où il vient. Mais il faut faire attention de ne pas alerter les parents qui viennent de rentrer. Le suspens du récit reprend jusqu’à  la fin. Les deux frères que la différence d’âge a toujours séparés vont partager un même secret. Une histoire de tendre complicité fraternelle.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : Avril 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,