Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Troie, la guerre toujours recommencée

7 janvier 2015

 

Critique

- Avis : Le médium de la bande dessinée est très bien adapté au récit de la guerre de Troie, d’après L’Iliade d’Homère: les images permettent de situer les personnages et l’action dans un référentiel spatial, temporel et narratif par ailleurs très complexe. C’est un ouvrage très bien adapté aux élèves de collège qui, à la lecture de ce petit document, peuvent se faire une idée d’ensemble d’un classique de la littérature. Toujours dans un esprit didactique, l’histoire est enrichie de cartes, d’un glossaire et d’un index. Les illustrations, adaptées aux plus jeunes, sont cependant très réalistes et ne passent pas sous silence la violence de la guerre narrée dans le récit homérique. Le texte, entre narration et dialogue, utilise un vocabulaire simple mais un vocabulaire élaboré, conservant l’esprit exigeant du texte d’Homère tout en le mettant à la portée des jeunes lecteurs. Cette adaptation convient à la fois aux lecteurs plus faibles, aidés par les images mais aussi aux bons lecteurs. Cette nouvelle édition en 2014, d’un ouvrage édité en 2012 s’explique surtout par un changement de format. L’édition de 2012 étant assez grande, et peu pratique à transporter. L’édition de 2014 adopte un format de poche, idéale pour les cartables. 

Une réussite toute en sobriété et en intelligence.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Alexandra Weihoff

- Date : janvier 2015

-Thèmes : épopée, aventure, récit de guerre, mythologie

-Niveaux : Collège

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,

Petits contes à régler : le cas rubis C

8 mars 2012

 

Critique

- Avis : Le récit est très confus. Tout se mélange entre les contes très populaires de Perrault, les dieux et héros de la mythologie. Il est d’ailleurs vraisemblable que le lecteur qui n’aurait pas une connaissance suffisante même des contes les plus connus se perdrait très vite. Ici l’imaginaire est d’une complexité qui n’a pas lieu d’être. L’auteur s’est certainement fait plaisir mais son plaisir noie le lecteur qui perd pied dans la mise en abîme qu’il lui propose.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,