Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Le livre de Perle

5 janvier 2015

Critique

- Avis : Timothée de Fombelle, auteur de littérature de jeunesse prolifique à qui l’on doit notamment le superbe Vango, revient ici avec un roman à la trame complexe. Les multiples personnages dont il est ici question évoluent dans divers univers aux chronologies distinctes, qui se rencontrent dans ce roman aux confins des royaumes de contes de fée et de notre monde. Encensé par la critique et lauréat de la Pépite 2014 du roman ado européen (Salon du livre et de la jeunesse de Montreuil), Le livre de Perle surprend par bien des aspects. A mi chemin entre le conte, le roman d’aventures et le roman d’amour, il nous entraîne dans les méandres de l’imaginaire, parcourant l’Histoire et les paysages. Le lecteur s’engouffre dans cet univers multiple, l’esprit façonné au fil des pages par le talent de l’auteur. Toutefois, le rythme s’essouffle parfois dans quelques longueurs où le suspens n’est pas toujours au rendez-vous.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Alice Rigollet

- Date : janvier 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,

Les Fées de Dieulefit

28 décembre 2014

Avis:

Sarah est une jeune adolescente qui va apprendre à devenir une adulte en embrassant des responsabilités au cœur de la Seconde Guerre Mondiale.

Automne 43: les parents de Sarah, de confession juive, voient leur situation se détériorer à Grenoble. Ils décident de mettre leurs enfants à l’abri pendant qu’ils aideront des persécutés à passer en Suisse. Sarah est envoyée dans une école dans la Drôme, son jeune frère chez de la famille à Lyon.

Dans l’école de Beauvallon, devenue refuge des enfants sous l’Occupation, la vie quotidienne est rythmée par l’angoisse, la faim et les actes de résistance. Sarah y découvre la séparation, la peur pour soi et pour les autres à l’annonce des arrestations de la Gestapo et des déportations, le sens des responsabilités et des sacrifices. Mais elle y rencontre également la délicatesse et la solidarité d’une poignée de femmes et d’hommes. Les fées de Dieulefit, ce sont ceux par qui la survie est possible. La survie, et même la vie, car à l’école de Beauvallon, tout est entrepris pour que les enfants subissent le moins possible les effets de la guerre. Malgré la recherche incessante de nourriture et la prudence qui est de rigueur, les jeux et les leçons sont toujours présents, permettant ainsi aux plus jeunes de s’évader pendant de courts instants…

A travers les yeux d’une adolescente, le roman d’Ahmed Kalouaz rend hommage à ceux qui ont résisté et offert un îlot de liberté à des enfants qui se sont retrouvés du jour au lendemain projetés dans la tourmente de la guerre.

 

Barbara Alhomme

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Mordechaï Anielewicz: «Non au désespoir»

22 juin 2010

Mordechaï est un jeune homme de 24 ans, juif de son état, et prisonnier dans le ghetto de Varsovie pendant la seconde guerre mondiale. Il ne peut se résoudre à attendre sa mort certaine programmée par les allemands et exhorte le camp à la révolte, au soulèvement et au combat. « Mourir dignement en agissant et en tuant un maximum d’allemands » : ses paroles seront entendues par 700 prisonniers, essentiellement des enfants d’ailleurs. La résistance et la lutte armée s’organisent, avec à leur tête Mordechaï, qui dirige le mouvement et les opérations. Tous deviennent des combattants courageux, des insoumis, des héros.

Fait historique réel romancé . La narration est à 2 voix ; d’une part celle de l’auteur, et de l’autre celle d’une enfant de 13 ans qui a vécu à l’époque les évènements relatés auprès de Mordechaï . Les paroles rapportées en italiques sont celles proférées par le jeune homme. Connaître un pan de l’histoire du ghetto de Varsovie est intéressant et instructif. C’est une belle leçon d’humanité, d’espoir et de combativité que nous livre ce récit. L’écriture pêche par un certain manichéisme et des mots et maux martelés, alliés à un style excessif qui dessert le propos et peut agacer. Sinon, le texte est bien construit, concis et compréhensible.
Annisabelle Odabackian

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Mon amie Sophie Scholl

18 décembre 2009

 

Critique

- Avis : Quel aurait été notre comportement à cette époque ? C’est la question sous-jacente du roman. La forme du journal intime fait que le lecteur suit deux histoires superposées dont la chronologie est différente. L’histoire de la résistance des jeunes allemands pendant la guerre et l’histoire d’Elisa à travers ses angoisses et l’admiration qu’elle porte à son amie. Ainsi le lecteur navigue entre le passé de l’action et le présent du doute. La narration à la première personne renforce les sentiments et l’émotion d’Elisa. Inspiré d’une histoire vraie, le roman met en avant que, en Allemagne aussi, des jeunes gens ont eu le courage de s’opposer au régime nazi.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : décembre 2009

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

Je marchais MALGRE MOI dans les pas du diable

10 avril 2009

 



 

- Critique :
- Avis :
Ce roman a reçu le premier prix des Incorruptibles, prix  entièrement mérité.

Il aborde un thème très peu souvent traité en particulier en littérature de jeunesse. En effet, si de nombreux livres ont pour décor la France pendant la seconde Guerre Mondiale, peu s’attachent à décrire la vie des réfugiés de l’Est de la France contraints à l’exode puis celle de l’Alsace annexée et des « malgré nous » (l’auteur a d’ailleurs rencontré plusieurs de ces soldats enrôlés de force dans l’armée allemande). Dorothée Piatek nous offre un roman touchant et fort sur la vie d’un adolescent s’ouvrant à l’amour, plein d’espoirs et révolté par les idées nazies auxquelles son meilleur ami a adhéré.

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , ,