Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Matcha

1 mai 2015

Critique

- Avis : Une petite histoire de têtards plus humoristique que biologique. Le lecteur part à la découverte du Japon, de sa langue et de ses coutumes. Les mots japonnais s’habillent de vert pour l’occasion. Le texte est habilement accompagné d’illustrations en noir et vert. Faîtes de gravures et de collages malicieux elles rehaussent l’album d’un petit accent zen. Bonne idée, la quatrième de couverture est dédiée à un lexique des mots verts trouvés dans le texte. A voir, si le texte volontairement en capitales d’imprimerie n’est pas un frein à la lecture… Sinon, un  petit album finement humoristique dont il ne faut  pas priver le jeunes lecteurs.

- Appréciation : coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Tout foutre en l’air

3 mars 2015

 

Critique

- Avis : L’incompréhension est le mur le plus infranchissable pour un adolescent. Sa solution pour le franchir c’est la plupart du temps le repli sur soi, le refus de communiquer. Le danger de cette attitude c’est la rencontre du pareil à soi. Et avec les réseaux sociaux la probabilité de cette rencontre est aujourd’hui décuplée. Enfin quelqu’un à qui s’identifier, enfin quelqu’un pour se prouver qu’on existe et qu’on a raison. Tous ces ingrédients sont autant de personnages et de situations dans le roman d’Antoine Dole. Le  pourquoi du mal-être de l’adolescente reste un mystère puisque son roman commence par sa fuite en avant. Rien ne la retient plus. Elle est déterminée. Peu à peu elle se rend compte que ce garçon rencontré sur le net n’est pas ce qu’elle attend. Qu’il ne répondra pas à son angoisse. Que ce qui les unit n’a rien à voir avec l’amour. Que sa solution à lui n’est pas sa solution à elle. Alors elle s’interroge à haute voix intérieure. L’auteur réussit cette introspection en donnant du caractère et du courage à son personnage. Les années ont passé. Mariée et mère de famille l’héroïne est à présent consciente de la valeur de la vie. Dommage que cet épilogue par trop moralisateur termine le roman. Il en a de ce fait moins de crédit.

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mars 2015

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

Totem / Je t’aime

11 octobre 2014

Critique :

- Avis : Dans la collection Boomerang, deux textes en regard : au recto, Totem, au verso Je t’aime… ou peut-être l’inverse, car le lecteur est laissé libre du choix de son entrée dans la narration. Deux histoires qui parlent d’amour et de recherche de l’âme sœur, tour à tour chez un géant et un jeune Indien. Dans un univers baigné d’onirisme, l’écriture, douce et poétique, interroge le sentiment amoureux avec, en filigrane, la question de la prédestination : avons-nous un amour à vivre, et alors… lequel ?

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Séverine Billot

- Date : octobre 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Pas couché

7 mai 2014

 

Critique

- Avis : Quelle est la limite à ne pas franchir pour rester amis ? On est heureux, on rit beaucoup, on ne se fait jamais de mal. C’est pour Manon la différence entre l’amour et l’amitié. Cathy Ytak réussit un très joli texte sur l’amitié entre filles et garçons. Comme c’est le propre de cette collection, l’héroïne se confronte au lecteur dans un long monologue. Persuadée de la nature de ses sentiments envers Timothée elle se rassure tout en s’interrogeant sur le désir, l’attirance, les raisons d’une relation intime. L’attitude de Timothée remet en cause ses certitudes tout en les clarifiant. A l’âge où la différence entre les filles et les garçons prend un autre regard, où la naissance du sentiment amoureux interroge, le texte de Cathy Itak donne du sens au questionnement de Manon. Les adolescents filles comme garçons pourront s’en emparer. Tendre et réaliste, ce roman traduit la volonté de cette collection de ne pas passer à côté de la vie. Relookée de belle manière avec beaucoup de subtilité et de finesse la collection d’une seule voix est repartie pour continuer c’est certain à ravir plus d’un lecteur!

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : mai 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

L’homme qui faisait vieillir

3 septembre 2012

 

Critique

- Avis : Est-ce l’emploi de la première personne mais ce roman résonne comme une autobiographie. Lent et surprenant le récit questionne le lecteur sur la direction que l’auteur va prendre. Tour à tour drôle, sensible, rêveur ou déterminé,  Pedro le narrateur semble perdu. Il ne trouve aucun intérêt dans le cursus d’études qu’il vient de commencer. Il s’interroge sur son avenir. Que va-t-il faire dans la vie ? Sa rencontre avec le professeur Nabuco est déterminante. En plus de l’amour de Mayumi, il l’aidera à répondre à tous ses questionnements. Si la fin heureuse du roman donne une couleur bleue rose à l’histoire elle n’est finalement pas si pâle que ça. Et d’ailleurs, comment aurait-elle pu se terminer autrement ? Un roman néanmoins sensible dans son regard sur la vie et la mort. Parfois lyrique dans son questionnement existentiel. L’auteur substitue aux parents un personnage attachant, Nabuco. Il n’a pas leur discours moralisateur. Il met Pedro devant ses responsabilités et surtout il lui fait confiance. Une façon sans doute d’ouvrir pour les jeunes qui doutent une perspective d’avenir optimiste.

- Appréciation : recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : Juillet Août 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,