Canopé de l'académie de Paris

Comité de Lecture Jeunesse du Canopé de Paris

Le Comité de Lecture de Littérature Jeunesse vous propose ses chroniques





Prends ta pelle et ton seau et va jouer dans les sables mouvants

20 juin 2015

Anton vit avec son beau-père dans un taudis, dans une ville sinistrée après la fermeture de l’usine qui faisait vivre la communauté. Adolescent en crise, il a abandonné l’école et tente de vivre de petits trafics mais la vie de truands est plus difficile qu’il ne croit. Ses complices se retournent contre lui et, de mésaventures en mésaventures, il va se retrouver dans une position fâcheuse. Mais la rencontre avec un homme va tout changer et le jeune homme va apprendre l’esprit d’équipe dans une association de bénévoles « les superettes du cœur » qui vient en aide aux déshérités.

L’auteur nous présente un adolescent très cynique, en mal de vivre, qui n’a jamais connu ni tendresse ni encouragement. Anton est un garçon à qui on a rien donné et qui cherche à avoir ce que le monde promet à d’autres. Il cherche à se faire une place dans une société où il se sent étranger. Comme son héros Mowgli, il rêve secrètement de quitter la jungle afin de vivre parmi les hommes. Avec beaucoup de recul et d’humour, l’auteur donnera à la fin du roman l’espoir d’une vie meilleure à son personnage.

Ce livre au ton assez cru n’admet aucune sensiblerie, laissant entrevoir un univers plein de désillusions et de violence dans lequel l’amour et l’amitié ne sont distillés que par petites touches. Intéressant portrait d’une jeunesse à la dérive.

 

Barbara Alhomme

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

Le passage du diable

11 juin 2014

 

 Avis :

Les débuts de ce roman sont prometteurs, ils jouent la partition gothique du château anglais hanté par des personnages morts mystérieusement. Au programme des figurines maléfiques et une maison de poupées aux pouvoirs salvateurs. Malheureusement, on devine trop tôt le ressort de l’intrigue et le personnage incarnant le Mal n’est pas très crédible. Je ne suis donc pas aussi enthousiaste que Michel Abescat dans sa critique de Télérama.

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , , , , ,

Mauv@ise connexion

25 janvier 2014

 

 

Critique

- Avis : Un tel roman pose certes la question de la sécurité sur internet, comme celle de la prévention à mener auprès des adolescents mais plus largement, il interroge aussi sur la manière d’éduquer les filles, pourquoi ont-elles tant besoin d’être rassurées sur leur pouvoir de séduction ? Pourquoi attendent-elles l’homme idéal qui “prendra en charge leur destin” ?

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Hélène Gontier

- Date : janvier 2014

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , , , ,

La claque

27 novembre 2013

 

Critique

- Avis : L’auteur montre que le geste d’un parent peut partir trop vite quand il perd son sang froid, le tout est de savoir s’il peut ensuite expliquer son emportement et avouer ses torts…

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Hélène Gontier

- Date : Novembre 2013

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , ,

Sacrifice à la lune

16 octobre 2013

 

Critique

- Avis : Le roman précédent de Marcus Sedgwick, Revolver jouait déjà sur les allers-retours entre deux époques. Celui-ci multiplie les périodes, tout en conservant une unité de lieu : la mystérieuse Blessed island où pousse la fleur de Dragon magique et une unité de personnages au cœur desquels se trouve le couple Erik et Merle tantôt frère et sœur, amant et maîtresse, père et fille… Les chapitres se déroulent donc à différentes époques mais aussi à différents moments de l’année, moments marqués par la présence de la Lune rythmant les travaux des hommes : Lune fenaison, Lune fruitière, Lune floraison… Ce récit nordique entraîne le lecteur qui est happé par l’histoire d’amour filial, fraternel, fusionnel du couple maudit.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Anne Crétois-Legrand

- Date : octobre 2013

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

L’Algérie ou la mort des autres

6 février 2012

 

Critique

- Avis : A travers le récit autobiographique de Virginie Buisson, se côtoient la découverte d’un pays de soleil et l’horreur d’une violence aveugle. Quittant l’enfance, elle pose un regard émerveillé sur tout ce qui l’entoure, les paysages, les gens, la vie. Grâce à ses petites phrases courtes, ses paragraphes saccadés, elle va à l’essentiel. Enchaînant ainsi les souvenirs pour être sûre de ne rien oublier. Avec la précision des mots elle transmet tout ce qu’elle a appris de l’Algérie, les odeurs, les couleurs, l’accueil, les gestes, la douleur, les cris, le sang. Un pan de vie à petites touches graves et poétiques. Dans la même collection, les éditions Gallimard rééditent aussi en cette année de commémoration les romans de Jean-Paul Nozière  "Le ville de Marseille"  et  "Un été algérien"

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : Février 2012

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , , , ,

Quand un amant passe

23 novembre 2011

 

Critique

- Avis : La violence entre les demi-frères est brutale. A Chaque fois on s’attend à ce que la confrontation  tourne mal. A chaque fois on se demande pourquoi Tom ne répond jamais aux coups. Tom est le personnage principal et le narrateur. C’est de son point de vue que le lecteur prend part à l’histoire. Mais les autres personnages ont aussi leur importance. Anna la mère est impuissante à gérer le conflit de ses fils nés de pères différents comme chacun de ses enfants. Elle s’est habituée à cette situation.  Annie la petite sœur essaie de faire réfléchir ses frères. Pour elle la situation est intolérable. Le voisin vient en quelque sorte apporter une explication aux comportements des uns et des autres.  Cependant, du début à la fin, il règne dans ce roman un étrange climat. Comme si les relations humaines entre les membres d’une même famille étaient à jamais scellées dans le bonheur ou la douleur. Mais un jour, témoin de la violence faite à sa soeur, Tom réagira…

- Appréciation : Pourquoi pas ?

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : novembre 2011

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,

Adulte à présent

16 novembre 2011

 

Critique

- Avis : Le style de l’auteur est fort. Les mots choisis s’enchaînent comme lancés dans un style slam ou rapp. Le récit est découpé en trois parties chronologiques. Chaque volet décrit en détails précis les situations vécues par les personnages principaux. Des guerres civiles africaines à leurs conséquences en passant par les relations établies entre les trafiquants, la violence est partout à des degrés divers dans ce roman. Les personnages principaux n’ont pas de nom, la cadette pour la fille ou le fils pour le garçon. Comme si l’auteur voulait rendre universelle la violence qu’il décrit. En quittant son pays, la cadette lui échappe mais elle la retrouve sous une autre forme. Dans la famille du fils, les parents ne font que se disputer. Il subit cette situation sans rien dire mais la supporte de moins en moins. Ensemble les deux adolescents vont apprendre à se connaître et à faire face au monde qui s’ouvre à eux, adultes à présent.

- Appréciation : Recommandé

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : Novembre 2011

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

En plein dans la nuit

18 octobre 2011

 

Critique

- Avis : D’habitude, le lecteur découvre les photos qui ont inspiré l’auteur au fur et à mesure du texte. Ici elles sont toutes regroupées au début du roman avant même la page titre. Faut-il en chercher une explication ? Peut-être pas. Cependant, elles illustrent si bien l’avant propos qu’elles ne pouvaient trouver meilleure place. La violence du texte quant à elle s’illustre par la rapidité des mots. Comme si l’auteure avait écrit d’un seul jet, sans s’arrêter. D’abord la violence de Julien. Acte inhabituel dans un collège réputé sans histoire ? Pas tant que ça. Il y a déjà eu cet incident du garçon au révolver. Et aussi, Chen qui a vécu en classe les  mêmes choses que lui. Chen son meilleur ami. Pourtant Julien a laissé faire. Aujourd’hui il prend conscience cette violence sournoise. Que cherche-t-il aujourd’hui en apportant ce révolver à Chen. Son pardon, une possible vengeance ? Jusqu’à la fin on pense que le drame est inévitable. Hélène Gaudy lui préfère le courage de la  dérision. Un roman d’une force peu commune. 

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : Septembre 2011

 

 

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · ,

Petites histoires de quartiers

26 janvier 2011

 

Critique

- Avis : 17 nouvelles rythmées dans ce recueil à ne pas manquer. Drôles, émouvantes ou cruelles elles habitent le quotidien de ceux qui rencontrent des petites ou des grandes injustices. Ces nouvelles pour que chacun se reconnaisse unique dans un monde où règne la norme.

- Appréciation : Coup de coeur

- Nom du critique : Sophie Audouard

- Date : janvier 2011

[Lire la suite →]

RECHERCHE PAR THÈMES: · , , ,