AUTOUR DE LA LAGUNE
Alexandre Papadiamantis

Documents et supports complémentaires

1. Cartes de la Grèce

Téléchargez une carte de la Grèce du XIXe (tirée de l’Atlas de La Grande Encyclopédie, sous la direction de Berthelot, Paris, 1900).

Voici également quelques liens utiles où vous trouverez quelques cartes sur la Grèce.
• L’atelier de cartographie de Science Po Paris propose aux enseignants des liens très utiles pour des recherches plus poussées sur la question :
http://cartographie.dessciences-po.fr/?q=node/5

• Le site de la Documentation française est également riches de cartes sur la Grèce et son histoire, exploitables en classe :
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartotheque/listepays.shtml
http://www.atlas-historique.net/1815-1914/cartes/EmpireOttoman1912.html

2. Chronologie de l’histoire grecque

Cette chronologie a été établie en rapport avec le recueil.

Cinquième millénaire : civilisation égéo-anatolienne
——————————————————————————————————————————-
Deuxième millénaire : premier palais minoen en Crète ; arrivée des Grecs sur le continent ; civilisation mycénienne

Guerre de Troie

 


——————————————————————————————————————————-
Age du fer (1125-900) : invasion dorienne et destruction des palais mycéniens.
Installation des grecs en Asie Mineure

Naissance de l’art géométrique

 


——————————————————————————————————————————-
Période Archaïque (900-490) : colonisation grecque en Occident

Fixation des poèmes homériques
Eschyle

 



——————————————————————————————————————————-
Période classique (490-338) : guerres entre Perses et Grecs ; guerres entre Sparte et Athènes; domination du royaume de Macédoine sur les Grecs ; constitution de l’empire d’Alexandre le Grand

Grands auteurs tragiques et comiques : Sophocle (cité p. 55) ; Euripide (cité p. 122) ; Aristophane (cité p. 181)
La Fortune drapée, tenant une corne d’abondance, époque classique (480-323 av JC), Sporades du Nord, Musée du Louvre :
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CPicZ.aspx?E=2C6NU0H2JK01

 



——————————————————————————————————————————-
Période hellénistique (323-31) : domination grecque sur le Moyen-Orient ; conquête violente de la Grèce par Rome
——————————————————————————————————————————-
Empire romain (31-395) : premières invasions barbares (les Hérules) ; le Christianisme devient religion d’Etat ; partage de l’Empire romain : la Grèce fait désormais partie de l’Empire Romain d’Orient.

Les Psaumes (cités p. 109, 165, 169, p. 253, etc.)
La Bible (également citée p. 124, 135, 168, etc.)
l’Evangile (cité p. 123, 181, etc.)

 



——————————————————————————————————————————-
Période byzantine (395-1453) : édit de Justinien en 529 (fermeture des écoles philosophiques et transformation des temples en églises) ; invasions des Slaves (VIIe-IXe) ; schisme de 1054 entre l’Eglise Catholique Romaine et l’Eglise Orthodoxe Grecque ; incursions franques (les Normands de Sicile, puis les croisades)
- 1204 : prise de Constantinople par les croisés, fondation de l’Empire Latin de Constantinople et partage de la Grèce entre les Vénitiens (îles), Rhodes (Crète et comptoirs) et les Francs (Athènes et Morée (c-à-d. Le Péloponnèse) ; reprise de Constantinople par l’empereur Byzantin Michel VIII Paléologue (http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_VIII_Pal%C3%A9ologue)
- 1453 : prise de Constantinople par les Turcs

Extrait du Panégyrique du jour, le Livre des Saints (p. 107)
La liturgie orthodoxe : citation d’un tropaire orthodoxe (p. 168)
Mention des Infidèles dans la nouvelle Fleur du rivage

 



——————————————————————————————————————————-
Période turque (1456-1820) : conquête progressive de la Grèce continentale et insulaire par les Turcs ; luttes entre Venise et les Turcs pour le contrôle de la Grèce
- XVIIIe : premières guerres russo-turques au sujet des Chrétiens Orthodoxes ; premiers soulèvements nationalistes grecs qui préfigurent la révolution de 1821
- 1814 : fondation de l’Hétairie, société secrète révolutionnaire, qui prépare la guerre de libération

Exode des savants et érudits grecs
Mention d’un trésor constitué de florins vénitiens dans Autour de la Lagune.
Installation d’ordres religieux en Grèce (Capucins et Jésuites)
1759-1796 : le « poète-paysan » écossais Robert Burns (cité p. 163), peut-être un modèle pour Papadiamantis
Constantin Rhigas : poète nationaliste fonde l’Hétairie, un mouvement révolutionnaire et nationaliste grec
L’insurrection de 1808 est citée dans Mort d’une fille

 



——————————————————————————————————————————-
La conquête de l’indépendance républicaine (1821-1832)
- Mars 1821 : soulèvement contre les Turcs, succès puis revers (massacres réciproques dont le massacre des habitants de Chios par les Turcs – 23000 hommes exécutés, 47000 femmes et enfants vendus comme esclaves – qui suit celui de la garnison de Tripolis passée au fil de l’épée – 8000 victimes)
- Luttes intestines pour le contrôle du soulèvement ; intervention égyptienne en soutien aux Turcs ; interventions européennes pour calmer les ardeurs révolutionnaires grecques et faire cesser les hostilités (les alliés coulent la flotte turco-égyptienne qui refuse de cesser le combat) ; le premier président de la république grecque, Capo d’Istria, est assassiné en 1831, et les puissances européennes imposent aux Turcs et aux Grecs une monarchie bavaroise

La révolution indépendantiste est mentionnée p. 238
Voir le tableau de Théodore Leblanc, Camps des Grecs Palikares devant Lepante représentant des combattants grecs indépendantistes, les Palikares, en 1827.
Un puissant courant philhellène parcourt l’Europe.
Faits d’armes de Marco Botzaris, héros de l’indépendance grecque.
Lord Byron, cité par Papadiamantis (p. 50, et p. 228) meurt en 1824 de maladie au siège de Missolonghi.
Voir le tableau d’Eugène Delacroix (1798-1863), Scène des massacres de Scio : familles grecques attendant la mort ou l’esclavage (Paris, Musée du Louvre) :
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CPicZ.aspx?E=2C6NU0G1ZRL1

 



——————————————————————————————————————————-
Période monarchique (1832-1922) : régence et règne du bavarois Othon 1er (1832-1862) qui accorde une constitution en 1843
- Naissance du concept de la Grande Idée : la reconstitution de la Grande Grèce Antique, complétée d’une partie des conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie mineure
- Guerre de Crimée (1853-1856) : la France et l’Angleterre s’allient aux Turcs contre la Russie qui avait présenté comme but de guerre la défense des Chrétiens Orthodoxes dans l’Empire ottoman.
- Pendant le règne du danois Georges 1er (1863-1913), sous la pression de ses nationalistes, et malgré la prudence des puissances européennes (un blocus européen empêche la Grèce d’annexer la Crète en 1886), la Grèce accroît régulièrement son territoire, au détriment des Turcs, la plupart du temps.
- Création de la première communauté Orthodoxe aux Etats-Unis (1864) à la Nouvelle Orléans. L’émigration économique grecque prendra de plus en plus d’ampleur pour décroître au milieu du XXe siècle.
- Guerres balkaniques (1912-1913) : les pays orthodoxes s’allient contre l’Empire ottoman.

La présence des Bavarois dans l’île est mentionnée p. 105, p. 244, p 249
Voir la représentation du roi Othon, en costume des palikares :
http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD
_1=REF&VALUE_1=50350500764

La révolution de 1843 qui impose une assemblée constituante à Othon est citée dans Mort d’une fille
Fondation de l’école française d’Athènes en 1846
1851- 1911 : Alexandre Papadiamantis
La guerre de Crimée est mentionnée dans La destinée venue d’Amérique
Le blocus est cité p. 157
La misère économique et la difficulté à vivre sont des thèmes récurrents des nouvelles, y compris quand ce sont des notables qui sont touchés (Mort d’une fille ou la nouvelle La Destinée venue d’Amérique)

 



——————————————————————————————————————————-
Période d’instabilité politique (1922-1974) : révolution et république (1922-1935) ; défaite grecque de 1923 contre la Turquie d’Atatürk (c’est la Grande Catastrophe : la Grèce doit renoncer à la Grande Idée, la réunification de tous les Grecs de la région, ainsi qu’aux territoires d’Asie Mineure qui lui avaient été concédés par le traité de Lausanne et on procède, sous égide internationale, à un échange de population sur des critères exclusivement religieux : 500000 Musulmans rejoignent la Turquie tandis que 1200000 Orthodoxes s’installent en Grèce)
Monarchie et dictature du général Métaxas : 1935-1936
- Occupation allemande et italienne
- Guerre civile : 1944-1949
- Restauration monarchique et anarchie
- Coup d’état militaire des colonels en 1967
- 1974 : rétablissement de la démocratie

Les nouvelles d’Alexandre Papadiamantis sont désormais étudiées à l’école par le biais des manuels de littérature grecque.

 



[Haut de page]

3. L’île de Skiathos

Skiathos est une île de l’archipel des Sporades septentrionales, groupe comprenant également Skopélos, Chilidromia, Pelagonisi, et Skiros.
Elle se situe à 12 km au nord de l’Eubée.

Dans la nouvelle Eros Héros (p. 113), le capitaine donne de vagues indications à son marin que l’auteur précise :

« là-bas » ce sont les villages du mont Pélion, « en face » c’est l’île d’Eubée (ou l’île de Skopélos parfois), « derrière » c’est le hameau de Kechria, « droit devant » c’est Stylida, « en haut » c’est Salonique, « en bas », le Pirée.

La superficie de l’île est de 42 km carrés, et comptait 2796 habitants au recensement de 1889. (plus de 3100 aujourd’hui hors période estivale)
Son point le plus haut culmine à 438 mètres.

Il est possible de demander aux élèves de faire des recherches de cette île sur Google Earth.

De par sa position stratégique, Skiathos a joué un rôle important dans les conflits qu’a connus la Grèce pour la domination et le contrôle des routes maritimes.

Elle a été l’alliée d’Athènes mais fut détruite en 200 av. J.-C. par Philippe de Macédoine.

L’île a participé activement aux luttes pour l’indépendance, mettant à disposition sa flotte et ses hommes au service de la cause nationale. La population habitait alors plutôt la partie fortifiée de l’île, au nord-est (Kastro dont on peut visiter les ruines aujourd’hui), pour revenir ensuite dans la zone d’habitation traditionnelle, où la ville moderne a été rebâtie, sur la côte sud de l’île, qui bénéficie d’un port naturel.

Un aéroport porte le nom d’Alexandros Papadiamantis.
[Haut de page]

4. A propos des nouvelles de Papadiamantis

• Une analyse de René Bouchet, traducteur des nouvelles dans la présente édition, professeur de grec moderne à la faculté de Nice Sophia Antipolis, dans lequel il met en garde contre les a priori avec lesquels on a parfois tendance à lire Papadiamantis :
http://www.lesclassiquesdumonde.org/article.php3?id_article=18

• Un article très précis et argumenté de Maria Tsoutsoura sur l’esthétique de Cavafy et Papadiamantis qui fait notamment le point sur les influences françaises dans l’Å“uvre de ce dernier :
http://www.eens-congress.eu/?main__page=1&main__lang=de&eensCongress_cmd
=showPaper&eensCongress_id=285

Banque d’images : vous trouverez dans cette rubrique des images permettant d’illustrer en classe le contexte socio-culturel de la Grèce de l’époque de l’auteur.

[Haut de page]