LES CONTES D'AMADOU KOUMBA
Birago Diop

Groupements de textes

Les groupements de textes proposés s’appuient sur l’autre recueil de conte au programme de 6e de Birago Diop Les nouveaux Contes d’Amadou Koumba afin d’enrichir les possibilités d’exploitation en classe. On trouvera en fin de rubrique des pistes d’exploitation pour le recueil Les Contes d’Amadou Koumba.

On recommandera aux élèves d’utiliser les deux éditions de référence :
- Diop, Birago. Les Contes d’Amadou Koumba. Paris : Présence Africaine, 1961.
- Diop, Birago. Les nouveaux Contes d’Amadou Koumba. Paris : Présence Africaine, 1961.

I. Autour de « Khary-Gaye », la Cendrillon ingrate

- Diop, Birago. Les nouveaux Contes d’Amadou Koumba. Paris : Présence Africaine, 1961. « Khary-Gaye » p. 83-100.
Ce conte de Birago Diop est particulièrement intéressant car il comporte un certain nombre de séquences narratives prototypiques que l’on peut rapprocher du conte Cendrillon. On proposera donc une lecture du conte en plusieurs étapes, en mettant à chaque fois le texte en perspective avec d’autres contes.

1ère séquence : lecture comparée de deux contes wolof

a) Le début du conte de Birago Diop (p. 83-87) : Khary-Gaye, une jeune fille bien élevée
On proposera une lecture détaillée de ce texte qui met en valeur la bonne éducation que Koumba donne à sa fille.

b) Un autre conte wolof  « l’Histoire des deux Koumba », pour lequel le site Conte-moi la francophonie propose le texte complet, une fiche pédagogique et un fichier audio avec le récit en français et en wolof. L’utilisation de cette ressource en ligne permettra de valider certains items du B2i.
http://www.conte-moi.net/conte.php?id=62  
On insistera sur la situation comparable des orphelines qui, ayant perdues leurs mères mais ayant reçues une excellente éducation, réussissent à dépassent la maltraitance imposée par la marâtre.
 

2ème séquence : le mythe de Cendrillon

a) La suite du conte de Birago Diop (p. 88-96) : une histoire de Cendrillon
Après la lecture de ce passage, on proposera aux élèves de rapprocher cette partie du conte avec les contes suivants :

b) La version de Perrault
Perrault, Charles. Contes. Paris : Gallimard, Coll. « Folio classique », 1999. Voir le conte « Cendrillon ou la petite pantoufle de verre », p. 93-101

c) La version des frères Grimm
Grimm, Jacob et Wilhelm. Contes choisis (choix et traduction de Marthe Robert). Paris : Gallimard, 2000, p. 82-92

d) On pourra éventuellement faire lire le conte japonais « Les cils du loup ».
Leone, Nathalie. Les Cils du loup et autres contes de la nuit. Paris : Éditions du Panama, 2007.

e) On pourra également proposer d’autres versions choisies dans « le Tour du Monde d’un conte » consacré à Cendrillon.
Morel, Fabienne ; Bizouerne, Gilles. Les Histoires de Cendrillon. Paris : Syros, Coll. « Le tour du monde d’un conte », 2007.

f) On complètera ses lectures par une étude de l’image qui pourra prendre appui sur les illustrations proposées dans le feuilletoir  consacré au personnage de Cendrillon dans l’exposition virtuelle du site de la BNF :
http://expositions.bnf.fr/contes/gros/cendrill/indfeuill.htm
 

3ème séquence : la fin tragique de la famille de Khary-Gaye (p. 96-100)
On insistera sur l’originalité du conte de Birago Diop en analysant avec les élèves les pages 96 à 100 qui rapportent  la fin tragique de la famille de Khary-Gaye. On montrera comment l’éducation donnée par Khary-Gaye n’est pas à la hauteur de celle qu’elle a reçue. On montrera en particulier comment l’aspiration individuelle au bonheur se constitue dans la culture africaine comme un danger pour le bonheur familial et plus généralement pour la collectivité, quasiment à contrario de l’interprétation occidentale de l’histoire de Cendrillon.

[Haut de page]

II. Autour de Mor Lam, figure de la cupidité

« L’Os » est le conte qui ouvre Les Nouveaux Contes d’Amadou Koumba (p.25-37). Il est un des plus fameux de Birago Diop, car il a donné lieu à une adaptation théâtrale qui eut un succès retentissant en 1966 à Dakar où le public hilare en fit un triomphe comique. Elle fut reprise ultérieurement par Peter Brook aux Bouffes du Nord. On peut lire l’intégralité du texte théâtral écrit par sur le site du petit-fils de Birago Diop, Patrick Birago Neveu : http://neveu01.perso.infonie.fr/biraospi.htm

Ce conte, salué pour son originalité stylistique, présente le personnage de Mor Lam, qui, pour éviter de partager un os avec son frère de case, se fait passer pour mort et finit par mourir, laissant à cet ami d’enfance, sa case, sa femme et son fameux os qu’il n’aura jamais pu manger.

On proposera alors de lire des portraits d’avares parmi les textes suivants classés par ordre chronologique :
- Plaute, La marmite  (Euclion)
- Molière, L’Avare (Harpagon)
- La Fontaine, Jean, « L’Avare qui a perdu son trésor »
- Goldoni, Carlo, Les Rustres (Lunardo)
- Balzac, Honoré de,  Eugénie Grandet  (le père Grandet)
- Maupassant, Guy, « Le parapluie » ou « Pierrot »
- Comtesse de Ségur, Un bon petit diable (Mme Mac Miche)
- Dickens, Charles, Un chant de Noël (Scrooge) ou Oliver Twist (Fagin)
- Anouilh, Jean, La cigale
- Cusset, Catherine, Confessions d’une radine

[Haut de page]

III. D’autres groupements de textes autour des Contes d’Amadou Koumba

D’autres groupements de textes déjà proposés dans notre collection dans le dossier consacré à Il n’y a pas de petite querelle d’Amadou Hampâté Bâ, pourront être utilisés pour prolonger le travail sur Les Contes d’Amadou Koumba.

On consultera ainsi quatre versions du conte « Les mamelles » (déclinaison géoculturelle d’un même conte) ainsi que le groupement consacré au lièvre rusé, figure fétiche des contes francophones, qui apparaît dans le dossier sur Hampâté Bâ.
http://crdp.ac-paris.fr/parcours/index.php/category/ba?paged=3
 

[Haut de page]